Contributions

Coup d’Etat au Burkina : La CEDEAO à la croisée des chemins ! (Par Ibrahima Sene)

  • Date: 28 septembre 2015

Trois jours juste  avant  le Coup d’Etat au Burkina Faso, le 16  Septembre, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO  se sont réunis a Dakar, le Samedi 13 et le Dimanche 14 Septembre 2015, à l’invitation du President Macky Sall, qui la préside, pour se pencher sur la situation politique et sécuritaire dans la sous région, en relation avec les élections qui y sont programmés.

Aucune réunion de la CEDEAO n’a jamais été autant opportune, et prémonitoire.

Cette réunion traduisait la pleine conscience qu’ont eue les Autorités politiques de la CEDEAO, des germes  de déstabilisation de la sous région qui sont  en gestation  dans les échéances électorales programmées.
Le Coup d’Etat qui est donc intervenu dans  ce  pays,  ne peut, en aucun cas,  les  avoir surpris.
Dans ces conditions,  la CEDEAO, et l’Union Africaine  devaient non seulement condamner fermement  cette grave interruption du processus électoral au Burkina par un Général félon, mais aussi exiger son départ immédiat du pouvoir pour le restituer au Président et au Gouvernement légitimes de la Transition, et préconiser des sanctions politiques,  économiques et judiciaires exemplaires contre lui et ses acolytes.
La allait être  un signal fort envoyé à tous les  » apprentis faiseurs de Coup d’Etat » dans la sous région, pour dissuader ceux qui seront tentés par la même aventure,  dans les autres pays qui préparent des élections dans le court terme.
Cependant, l’on a eu deux attitudes différentes de la CEDEAO  et de l’Union africaine.  La première a opté pour l’apaisement afin de baliser le terrain à  un compromis entre putschistes et autorités de la transition, alors que la seconde avait opté pour une condamnation ferme du coup d’Etat, le retrait des militaires et des menaces de sanctions ciblées.
Au nom du principe de la subsidiarité, la CEDEAO a senti l’Union africaine  lui « marcher sur ses plate bandes »  tout en risquant, par ses menaces, de radicaliser les putschistes qui ont imposé des rapports de force défavorables aux autorités de la transition,  dont le Président et le Premier Ministre sont arrêtés,  et un couvre feu sanglant établi.
La CEDEAO avait pleine conscience de la nature des forces qui ont fait le coup d’état. Elle connait bien le Général Diendéré qui  est, avec quelques personnalités de son entourage, une pièce maitresse du dispositif de la Françafrique, mais aussi de l’OTAN et plus précisément de l’AFRICOM.
Récipiendaire de la légion d’honneur de la France, Dienderé est aussi est un acteur majeur des manœuvres Flintlock et des opérations américaines dites de contre-terrorisme dans le Sahel.
Il supervise la base secrète des drones Creek Sand de l’aéroport de   Ouagadougou et le service de renseignement Aztec Archer de l’ambassade des États-Unis.
Il est aussi, avec son groupe  dénommé «  Régiment de Sécurité Présidentielle » (RSP),  le bras armé du régime de  Compaoré qu’il a su  exfiltrer  vers Abidjan, avec l’aide de la France,  pour qu’il échappe à la furie  de l’insurrection populaire d’Octobre 2014 qui l’a chassé du pouvoir.
La tâche de la CEDEAO était  donc de savoir,  comment faire  pour que  ce puissant  Général  félon, directement concerné par la  » traque des assassins de Thomas Sankara, et des bourreaux du peuple  Burkinabé »  lors de  sa  « Révolution d’Octobre 2014,  ne  puisse continuer à  empêcher que   le processus électoral et le processus judiciaire  aillent  jusqu’au bout  sous l’autorité  des organes légitimes de la Transition, en évitant de plonger le pays dans un bain de sang..
Mais  les premiers pas de la médiation de la CEDEAO menée par les Présidents Macky Sall et Yaya Boni, tout en créant un climat social apaisé,  ont ouvert la voie à l’atteinte des objectifs politiques des putschistes,  en leur donnant la « tête » du Premier Ministre de la Transition qu’ils ont longtemps réclamée, la réintégration de certains partisans de Blaise Compaore exclus du processus électoral du fait de leur participation effective à son projet liberticide de révision de la Constitution, et dans les violences qu’ils ont occasionnées, la restriction des pouvoirs législatifs du  Conseil National de Transition, et cerise sur le gâteau, un projet d’amnistie en leur faveur.
Un tel projet de sortie de crise a soulevé, a juste raison,  l’indignation  et le rejet de la part des forces vives de la Nation, qui s’étaient mobilisées des les premières heures du coup d’Etat, pour affronter, dans la rue, les putschistes lourdement armés, qui ont fait 10 morts et des centaines de blessés .

Les forces vives de la Nation Burkinabé, avec à leur tête, le  Président du Conseil National de Transition( CNT) , qui est  entré en clandestinité, ont profité de l’accalmie suscitée par l’arrivée des médiateurs de la CEDEAO, pour se réorganiser, paralyser l’économie du pays par une grève générale décrétée par « l’Union d’Action Syndicale », qui regroupe les principales organisations syndicales du Faso,, et gagner le soutien public des Forces Armées Burkinabé qui se sont  mobilisées à leur côté,   pour marcher sur la Capitale afin d’ y chasser les putschistes et  réinstaller les organes légitimes de la Transition.
C’est ainsi,  qu’ avant même que les médiateurs de la CEDEAO ne rendent compte à Abuja  de l’état de leur mission et de leur projet de sortie de crise,  les rapports de force sur le terrain qui avaient présidé  à l’élaboration de leur projet d’accord,  ont  évolué en défaveur des putschistes , et le rendaient  caduc.
C’est cette nouvelle situation  que la réunion extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, à  Abuja, a pris  en compte, en demandant aux putschistes de remettre le pouvoir aux autorités légitimes de la Transition, de  » se désarmer », de regagner leur base, tout en   laissant  à de celles-ci ,  l’appréciation du  sort qu’elles voudraient leur réserver, et la suite à donner  à la question de l’exclusion  des  certains  partisans de Compaoré du processus électoral.
La CEDEAO venait ainsi de se sauver la face devant l’opinion africaine et internationale, en conformité avec les exigences formulées par la Commission de l’Union Africaine, dès le début du putsch.

Le peuple Burkinabé vient ainsi  d’administrer, de la plus belle manière ,  aux peuples de la sous région et du reste du continent africain,  une seconde leçon de dignité et de détermination, après celle  découlant de  la « Révolution d’Octobre 2014.
Ceux qui ont rêvé de la restauration du régime de Compaore,  viennent d’apprendre à leurs dépends, que l’on ne défie pas impunément la volonté d’un peuple qui est décidé à prendre son destin en main.

Les plats  » regrets » que le Général félon a présentés à l’opinion, en est une parfaite illustration.
Les mesures prises contre les putschistes  au cours du Conseil  des Ministres extraordinaire que le gouvernement de Transition vient de prendre,  marquent  la véritable fin de la Transition inaugurée à près la chute du régime de Compaoré.
En effet, après avoir renversé le gouvernement et dissout l’Assemblée nationale pour mettre en place une «  Charte Nationale de la Transition », un «  Conseil National de la Transition » qui a nommé  le Président et le Premier Ministre de la Transition, et approuvé la composition du gouvernement, il ne restait que de mettre hors d’état de nuire  le bras politique ( le CDP qui est le Parti de Compaoré)   et le bras armé (qui est le RSP) , de ce régime déchu.
Le nouveau Code électoral, en excluant certains des leaders du CDP qui sont convaincus d’implication directe dans les tentatives de violation de la Constitution pour imposer un nouveau mandat pour le  Président Compaoré,  a eu raison de ce bras politique devenu un  « cheval de Troie » pour baliser le retour de son mentor déchu en exil à Abidjan, puis , aujourd’hui, au Maroc.
Mais, c’est le Conseil des Ministres  extraordinaire qui vient de mettre fin  au  «  bras armé »  de ce régime vomi, en prenant un Décret de dissolution du RSP,  son  désarmement,  suivi  de la mise en place d’une «  Commission d’enquête » sur le putsch, et d’une procédure judiciaire ouverte  par le Procureur Général de la République, contre les responsables du  RSP et du CDP impliqués, et le gel de leurs avoirs dans les banques.
Ainsi, ce , putsch, qui visait à mettre un terme  à la Transition, a permis, grâce à la mobilisation et à la détermination des forces vives du peuple Burkinabé, de la parachever de la plus belle manière.
Le régime de Compaoré est définitivement éradiqué du Burkina,  et est remplacé par un nouveau  qui porte les germes d’une République démocratique, citoyenne et de justice sociale.
Pour ce faire, les forces  vives du Burkina ont su admirablement dépassé  les clivages artificiels en leur sein  entre   « Droite et Gauche », ou entre «  Partis politiques et Sociétés civiles »,  et/ou entre « militaires et civils », pour constituer,  autour des Autorités de la Transition,  un large front patriotique, républicain, démocratique et citoyen de justice sociale,  afin de  réaliser la   « Révolution d’Octobre  2014»  et la mener jusqu’au bout en Septembre 2015.
Mais, la Révolution ne démarre effectivement,  que lorsque les Révolutionnaires sont au pouvoir.
Au Burkina, ils viennent de  contrôler totalement le pouvoir, qu’ils ont décidé de transmettre par voie électorale, dans laquelle,  les autres composantes non politiques de ce large front  des forces vives Burkinabé, se sont volontairement exclues,  en se proposant de devenir les « sentinelles »  des aspirations du peuple.
Ce faisant, la « Révolution » risque  «  démocratiquement » d’être déviée de ses objectifs en reproduisant, après les élections, le régime honni de Compaoré sous de nouvelles formes.
Ce risque grave à intégrer, devrait amener  les forces vives de la Nation à  transformer le CNT en SENAT, pour participer au processus législatif, comme moyen de contrôle institutionnel  de l’Exécutif et de l’Assemblée nationale.
A cet égard, les forces vives la Nation Burkinabe devraient méditer sur le sort de la Transition en République de Guinée.
Celles-ci ont laissé « aux politiques »  le soin de gérer  le pays après l’élection d’un Président de la République et des Députés à l’Assemblée nationale.
Dans ce nouveau contexte post électoral, elles n’ont pas réussi à constituer «  le contre pouvoir »  dont elles rêvaient, balisant ainsi le terrain  à la restauration d’un Etat despotique convoité par des Partis politiques organisés sur des bases ethniques, qui jettent ce pays dans la violence et le risque d’implosion.
Les forces vives de Guinée ne se sont pas battues avec tant de sacrifices contre Lansana Conté et Dadis Camara, pour voir, aujourd’hui, leur peuple se déchirer et leur pays s’acheminer vers un abime certain.
Les forces vives du Burkina devraient donc prendre la pleine mesure  de l’étape actuelle de leur Révolution, pour la sécuriser  avec des moyens institutionnels, et non plus seulement informels.
A cette  étape de la Révolution Burkinabé, c’est le seul moyen  de veiller  à la restitution au peuple, de sa souveraineté pleine et entière sur ses Institutions, et sur les hommes et femmes qu’il a  choisis librement  pour exercer le pouvoir en son nom.
Les forces vives du Burkina  viennent aussi  d’administrer  la preuve, que les organisations d’intégration sous régionale  ne peuvent plus prendre des mesures unilatérales contre la volonté des peuples concernés.
C’est un signal fort donné  à tous les peuples d’Afrique, qu’il est possible d’instaurer  leur souveraineté, non seulement sur leurs Institutions et leurs Elus, mais  aussi, sur  ces organes d’intégration.

Pour la CEDEAO, c’est tout un boulevard qui est ainsi ouvert pour la lutte contre les APE, et pour une monnaie commune sous régionale en 2020, mettant ainsi fin au règne plus que cinquantenaire du  Franc  CFA dans les pays de l’UEMOA.
Plus que jamais, la restitution de la souveraineté de nos peuples  sur nos Institutions et nos Elus, et sur nos organismes d’intégration sous régionale et régionale,  est à la portée de l’Unité des Forces Vives de nos nations.

Ibrahima SENE PIT/SENEGAL
Dakar le 27 Septembre 2015

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15