Accueil / SOCIETE / Coup et blessures volontaires- des sœurs soldent leur compte devant le juge

Coup et blessures volontaires- des sœurs soldent leur compte devant le juge

 Les sœurs Sokhna et Seynabou Ndiaye ont comparu, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour le délit de coups et blessures volontaires.   La première nommée a attrait sa sœur à la barre parce que, dit-elle, cette dernière lui a jeté un fourneau contenant du feu lors d’une bagarre qui les opposait. Jugée, Seynabou Ndiaye a été relaxé par le juge.

Ce n’est pas le grand amour entre les sœurs Sokhna et Seynabou Ndiaye. Il ressort des débats d’audience que ces dernières se chamaillent presque tous les jours à cause de leur différence de classe sociale. Pour cette fois-ci, les sœurs doivent solder leur compte devant le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar. Car, Sokhna a attrait sa sœur devant le tribunal pour coups et blessures volontaires. Revenant sur les faits, la plaignante a indiqué que ce jour elle disputait avec sa sœur et çà a viré à la bagarre. Sur ces entrefaites, sa sœur lui a jeté  un fourneau contenant du feu. Ne pouvant plus supporter les agissements de Sokhna, sa sœur a préféré porter plainte. Devant le juge, hier, elle est revenue sur les faits. « On partage la même maison mais je suis au 1ier étage et elle est au rez-de-chaussée. Un jour, elle a décidé de construire un mur de séparation afin que nos yeux ne se croisent pas.

Le jour des faits, son fils a cassé le pare-brise de ma voiture et je ne lui ai rien dit », a indiqué la plaignante. Avant de poursuivre: « en sortant, ma petite sœur a mis sa poubelle l’a ou je gare ma voiture. Je lui ai demandé d’enlever la poubelle mais en vain. Pis, elle m’a attaqué en me jetant un fourneau contenant du feu. Il faut aussi dire que ma sœur ne cesse de faire crever les pneus de ma voiture».

Ces déclarations ont été niées par la mise en cause qui accuse sa sœur d’être la responsable de la mort de leur mère. Versant des larmes chaudes, Sokhna donne sa version des faits. « Tout d’abord je dois affirmer que je n’ai pas jeté un fourneau sur elle. On était en train de se bagarrer et on est tombé toutes les deux sur le fourneau. Je n’ai rien fait, ma grande sœur crée tous les jours des problèmes dans la famille. Elle est méchante, c’est le diable en personne», a-t-elle dit.

Prenant la parole pour son réquisitoire, le substitut du procureur a demandé au tribunal de demander à la prévenue de verser une amende de 100.000 francs. Pour le reste il s’en est rapporté dans la mesure où la plaignante a pardonné à sa sœur. De son côté, la défense a plaidé  la relaxe pure et simple de son client. En rendant sa décision, le tribunal a suivi la robe noire dans sa plaidoirie.

Cheikh Moussa SARR

Share This:

À voir aussi

RESTAURATION ET REHABILITATION DES MEDERSAS DE FES La Médina subit son lifting

Un pan du patrimoine historique de la ville de Fès, capitale spirituelle du royaume chérifien, …