Accueil / POLITIQUE / COUPLAGE DES ELECTIONS : Des libéraux se prononcent… contre

COUPLAGE DES ELECTIONS : Des libéraux se prononcent… contre

A chaque entité politique ses préoccupations du moment. Pendant que l’opposition s’oppose à la candidature du président Wade, en prétextant de son illégalité constitutionnelle, au sein de la mouvance présidentielle, le débat fait rage sur le couplage ou non des élections présidentielles et législatives. C’est ainsi que la Coordination nationale des cadres libéraux (Cncl) a officiellement proposé, la semaine dernière, le couplage de l’élection présidentielle de février 2012 aux législatives de juin de la même année, en excipant d’arguments financiers que d’aucuns ont qualifié «d’économie de bouts de chandelles».

Les cadres libéraux estiment, en effet, que si la période des élections est écourtée, l’Etat pourrait faire des économies substantielles, en même temps que le secteur privé y gagnerait en heures de travail. Le Mouvement des jeunes libéraux de moins de 35 ans embouche la même trompette. Pour eux, le couplage a l’avantage de simplifier la tâche aux organisateurs : «En un jour, l’électeur a la latitude de voter doublement, le Ministère de l’Intérieur et la Cena verront leur tâche simplifiée par la réduction significative de la logistique, du transport etc. Avec le couplage, les candidats sont identifiés sur la base d’un choix unique, l’option de la députation ou de la Présidentielle», argumentent-ils.

Mais de nouvelles voix se sont élevées au sein même du Pds pour se prononcer contre la perspective du couplage. Il y a notamment ce mouvement dénommé «Alliance pour la Consolidation du Wadisme» pour qui le couplage n’est pas une brillante idée. Son bureau exécutif l’a fait savoir clairement dans un communiqué parvenu à notre rédaction : «Si l’organisation d’élections générales a le mérite d’éviter de convoquer le collège électoral par deux fois en l’espace de quelques mois et de réaliser des économies, il risque de créer une confusion dans l’esprit des électeurs (surtout les analphabètes) entre deux types de scrutin différents».

Les membres de l’Alliance semblent plutôt avoir pour souci de fédérer toutes les énergies autour de la candidature de Me Wade et d’éviter les querelles de positionnement pour les candidats à la députation. «Le grand atout de l’Alliance Sopi pour Toujours (Ast) est qu’elle dispose d’un candidat unique et consensuel en la personne de Maître Abdoulaye Wade. Cet avantage certain sur une opposition, semblable à une armée mexicaine, risquerait d’être fortement compromis, si la dynamique unitaire qui doit porter la réélection de Maître Abdoulaye Wade au premier tour devait voler en éclats par une anticipation des élections législatives. Autant la Présidentielle fédère les énergies autour d’une candidature unique, autant les investitures des candidats à la députation sont un moment d’âpre compétition au sein des appareils politiques et à fortiori d’une Coalition comme l’Alliance Sopi regroupant des dizaines de partis. La nécessaire préparation et l’animation de la campagne ainsi que la mobilisation derrière notre candidat à la présidentielle risqueraient d’être polluées par des guerres de positionnement entre responsables pour figurer sur les listes de candidature aux législatives».

On le voit donc, le débat est loin d’être clos. Pour l’heure, l’opposition ne semble guère intéressée par ce sujet qui passionne les libéraux. En tout cas, aucun responsable ne s’est encore prononcé. En attendant sans doute que d’autres militants du Pds ou des autres partis de l’Alliance Sopi pour Toujours (Ast) ne se prononcent pour la suppression de l’élection présidentielle et la désignation du président de la République par le Parlement pour un mandat illimité…

MOHAMED BACHIR DIOP


À voir aussi

AMINATA TOURE INDESIRABLE A KAOLACK L’Apr de Grand-Yoff accuse Mariama Sarr et Diène Farba de recruter des mercenaires pour nuire à Mimi

L’ancienne cheftaine du Gouvernement de la République du Sénégal, Aminata Touré dite Mimi, peut désormais …