Mise en page 1
Mise en page 1

COUPS ET BLESSURES VOLONTAIRES Alioune Samb se bagarre avec une dame pour avoir chanté « drianke ya taru »

Boucher de son état, Alioune Samb a été attrait à la barre du tribunal départemental de Dakar pour Coups et blessures volontaires (Cbv). Le mis en cause, amoureux de la dame, lui chantait « drianke ya taru » chaque fois qu’il l’a croisée.

Alioune Samb a comparu, hier, à la barre du tribunal départemental de Dakar pour répondre des délits de Coups et blessures volontaires (Cbv). Selon la plaignante, Ndèye Anta, le mis en cause ne la rate presque jamais. Chaque fois qu’elle sort pour aller au marché pour acheter des provisions ou pour aller récupérer sa tontine, Alioune Samb la suit en scandant : « drianke ya taru ». Mais un jour, une bagarre a éclaté entre lui et le boucher à cause des agissements de ce dernier. Car, narre-t-elle, Alioune Samb lui disait qu’il est vraiment amoureux d’elle et son seul souhait est de s’unir avec elle pour le meilleur et pour le pire. « Chaque fois que je t’imagine dans mon lit, je deviens vraiment fou », disait Alioune Samb à la dame. Il faut dire que ces propos n’ont pas plu à la dame qui avait recadré le prévenu. Elle lui a fait savoir qu’elle est non seulement une femme mariée mais aussi, elle déteste les agissements du boucher. C’est sur ces entrefaites qu’il s’en est suivi un échange de propos aigres-doux avant que la bagarre n’éclate. « Nous nous sommes bagarrés au marché. Ce jour-là, alors que je m’approchais d’un vendeur pour acheter un produit, Alioune Samb m’a cogné. Le sang sortait de ma bouche et il m’a pincé au cou », raconte la dame.

À la suite de cette bagarre, elle s’est rendue à l’hôpital pour les soins et le médecin lui a prescrit une ordonnance avant de lui délivrer un certificat médical attestant une Incapacité temporaire de travail (Itt) de 10 jours. La plaignante a utilisé ces documents pour porter plainte contre le mis en cause.

Attrait à la barre, hier, Alioune Samb a tout simplement nié les faits. « Lorsque je lui ai parlé, la dame a rétorqué avec des propos offensants. Elle m’a traité de tous les noms d’oiseaux. J’ai essayé de la faire revenir à la raison mais elle continuait », a indiqué le prévenu.

Pour sa part, le représentant du ministère Public a requis l’application de la loi. Quant aux avocats de la défense, ils ont reconnu que leur client a tort parce que c’est lui qui a commencé les hostilités. Sur ce, les robes noires ont plaidé pour une application bienveillante de la loi.

En rendant sa décision, le tribunal a suivi les avocats dans leurs plaidoiries en condamnant Alioune Samb à une peine de 3 mois assortie du sursis. Il devra également verser à la dame la somme de 75.000 à titre de dommages et intérêts.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …