Accueil / SOCIETE / Coupures d’électricité Les travailleurs de la Sar font craindre le pire

Coupures d’électricité Les travailleurs de la Sar font craindre le pire

C’est le gouvernement sénégalais qui devrait vite monter au créneau pour désamorcer la bombe, car les avertissements des travailleurs de la Sar ne sont guère de nature à apaiser la tension sociale.
Devant leur société qui risque de crouler sous les dettes, ils menacent, ni plus, ni moins, que de s’en prendre à Sénélec en la privant de carburant.
. Au cours d’une assemblée générale, le Collège des délégués de la Sar qui vient de brandir ces menaces, fait également part de détournements d’une valeur de 3 milliards.

Déjà qu’on souffrait atrocement de coupures ces derniers jours…voilà que les travailleurs de la Sar nous font craindre le pire.

Après avoir démenti les autorités qui avaient annoncé la fin des délestages avant la fin de ce mois de septembre, ils ont attiré l’attention sur la situation de la société dont dépend beaucoup la Senelec. :

: « Nous envisageons l’arrêt des unités de production, des réceptions et expédition de fioul si des mesures idoines ne sont prises pour que la lumière soit faite sur l’affaire des assurances, mais surtout le remboursement intégral des dettes de la Senelec et son garant. » a dit M. Cissokho,le secrétaire général de leur syndicat qui parle surtout de mauvaise gestion : « Rien que dans le plan Takkal, la Senelec s’était aventurée dans son approvisionnement en combustible pour enregistrer beaucoup de difficultés qui ont abouti à ces nombreux délestages. Le volet combustible du plan Takkal est confié à la Sar, mais se désole t’il : le fonds de soutien à l’énergie doit rétribuer la Sar. Cette procédure a englouti la Sar du fait que ledit fonds ne rembourse pas les 50 milliards qu’il lui doit et que la Senelec ne parvient toujours pas à payer les 18 milliards de dettes à la Sar ».

Paradoxalement notera Abdourahmane Cissokho, Senelec dispose d’un bac de plus de 30 m3 à la Sar où elle tire tout le combustible qui lui permet d’alimenter son réseau. Et puisque la Sar est en crise, c’est la Senelec qui risque bien d’en pâtir.

Et comme la Sar est incapable d’honorer ses engagements auprès de ses partenaires, c’est tout le monde qui va trinquer : « il faudra envisager une nouvelle pénurie de gaz butane, mais surtout une recrudescence des délestages ».

Fasse Dieu que les autorités prennent les devants.

Cébé


À voir aussi

Jugement Cheikh Béthio et Cie : Téliko réclame le procès

Le président de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) est en phase avec les Ong …

Forum International Préventica : Les risques professionnels du secteur informel au cœur des débats

En prélude à la deuxième Edition du Forum International Préventica Sénégal, qui se tiendra du …