Accueil / ACTUALITES / Cour d’Assises-Prestations des robes noires : 400 millions pour les plaidoiries

Cour d’Assises-Prestations des robes noires : 400 millions pour les plaidoiries

L’Etat a décidé, cette année, de rémunérer les avocats commis pour assurer la défense des intérêts des accusés, lors des sessions de la Cour d’Assises. C’est une enveloppe de 400 millions de francs Cfa qui a été dégagée par les autorités pour payer les honoraires de ces membres du barreau, sur toute l’étendue du territoire national. Ces 400 millions représentent le paiement cumulatif des Assises de 2006 et 2007.

Source :
Ainsi, selon Me Pape Jean Sèye, membre du bureau de l’Assistance judiciaire, les sommes allouées vont permettre aux avocats commis d’office de pouvoir assurer leurs frais de transport, d’hébergement et de restauration. Ainsi, chaque avocat commis reçoit pour chaque dossier plaidé la somme de 500 000 francs Cfa. Le choix des avocats commis, selon Me Sèye, n’est pas fortuit. En effet, c’est le bureau de l’Assistance judiciaire qui trouve d’office un avocat à un prévenu lors de son inculpation, conformément à la loi. C’est à la répartition de ces avocats que le bureau de l’Assistance judiciaire dirigé par Me Hamidou Diop, a procédé à leur répartition.

Le paiement des honoraires aux avocats commis pour la défense des accusés, jure d’avec la situation en porte-à-faux d’antan de la part de ces avocats commis, qui traînaient les pieds à plaider de dossiers pour lesquels ils n’étaient pas payés. Bien au contraire, ce sont eux qui assuraient leurs propres charges.

Mais, si une telle initiative est à saluer, il n’en demeure pas moins que les jeunes avocats se sentent lésés. En effet, selon certaines indiscrétions, les anciens avocats ou ceux de la «vieille garde» se sont rués pour s’accaparer des dossiers. Le paiement des honoraires a semblé aiguiser leurs appétits, au grand dam de leurs jeunots. Ces derniers, pensent que le Conseil de l’Ordre des avocats ou le bureau de l’Assistance judiciaire devraient, plutôt, les privilégier. A les en croire, «les anciens ont leurs cabinets et gagnent des centaines de millions, alors qu’ils nous laissent ces dossiers». Le manque d’expérience, selon eux, ne peut pas leur être opposé, car, ils sont d’avis qu’il importe, tout simplement, de faire un «duo, jeunes-vieux».

Mieux, tonne un jeune avocat, en France et ailleurs en Europe, les anciens avocats délaissent ces dossiers au profit de leurs jeunes confrères, du fait qu’ils sont mal payés. Les dossiers des Assises, selon lui, sont plaidés très souvent par des avocats stagiaires. C’est pourquoi, il est d’avis qu’il importe de promouvoir les jeunes avocats et leur permettre, non seulement de se faire un nom, mais aussi de gagner un peu d’argent.

Mais, pour Me Pape Jean Sèye, qui a eu à défendre le jeune délinquant Alioune Badara Mbengue, amputé des bras, les Assises constituent une tribune d’excellence pour l’avocat. L’avocat, qui excelle dans les Assises, acquiert, forcément, la reconnaissance de ses pairs.


À voir aussi

L’indiscipline et l’incivisme de Teddy’s play school

Les responsables de l’école maternelle bilingue Teddy’s play school ne manquent pas vraiment de culot …

Droits de l’Homme : L’Onu épingle le Sénégal

Le Comité contre la torture des Nations-Unies (Un groupe de 10 experts indépendants qui surveillent …