Accueil / RELIGION / Courtoisie entre tarikhas Pourquoi nos guides religieux ne se rendent pas visite ?

Courtoisie entre tarikhas Pourquoi nos guides religieux ne se rendent pas visite ?

Les Sénégalais sont connus pour leur attachement viscéral à leurs religions respectives. Qu’ils soient musulmans ou chrétiens, ils vouent généralement une belle admiration à leurs guides religieux. S’agissant des musulmans, leur identité à l’Islam confrérique est comme qui dirait leur marque déposée. Seulement, sans le dire de façon systématique, ils souffrent de ne pas voir les responsables moraux des différentes confréries se rendre mutuellement des visites et d’échanger comme El Hadji Abdoul Aziz Sy Dabakh le faisait périodiquement.

La Communauté musulmane au Sénégal, vit un Islam confrérique, c’est connu de tous, Ils sont particulièrement rares les Sénégalais qui ne se réclament pas d’une confrérie parmi celles qui existent et qui font, il faut le reconnaître, la fierté des musulmans sénégalais. Seulement, il y a un semblant d’autarcie qui semble s’être s’emparée de certains de nos guides que les disciples ne voient pas ‘’se rendre des visites de courtoisie’’, constatent beaucoup de nos compatriotes.

Pourtant, les disciples des différentes confréries religieuses ne verraient pas d’un mauvais œil que le Khalife général d’une telle confrérie se déplace dans le but de rendre visite à son homologue d’une autre confrérie. Cela ne ferait qu’affermir les relations entre les membres des différentes Tarikhas. Mieux, les quelques contradictions qui ont l’habitude de s’inviter dans la communauté musulmane au moment de débuter ou de rompre le jeun, tout comme les nombreuses tergiversations notées sur la date de la Tabaski, de façon récurrente, pourraient éventuellement être aplanies si nos guides religieux se rendaient mutuellement visite et échangeaient sur les questions essentielles.

En la matière, ce n’est pas exagéré de penser que les dérives auxquelles certains musulmans membres de confréries sont exposés, pourraient être solutionnées s’ils se rendaient compte que la communauté musulmanes, toutes confréries confondues, serrait les rangs à l’image de leurs guides spirituels. D’ailleurs, à toutes les bonnes occasions, il n’est pas rare d’entendre un musulman regretter l’absence de quelqu’un comme El Hadji Abdoul Aziz Sy Dabakh qui était connu pour les visites mémorables qu’il avait l’habitude de rendre aux Khalifes généraux  des autres confréries religieuses. De nos jours, l’on ne voit plus les Khalifes s’accorder pour dégager une position commune sur des questions sociétales.

Dans le meilleur des cas, chacun d’entre eux, à l’occasion, analyse, condamne ou approuve des situations, formule des prières et préconise des offrandes, mais en solo. Les musulmans sénégalais ne sentent pas cette synergie des Khalifes s’adressant d’une seule voie aux musulmans.

Sidy THIAM

À voir aussi

Construction d’une nouvelle usine d’eau à Keur Momar Sarr Macky lance les travaux le 18 décembre à Thiès

Le Président de la République, M. Macky Sall, lance ce 18 décembre 2017, à Thiès, …

Aibd: Ces couacs qui agacent les compagnies aériennes

Des couas ont été notés à l’aéroport international Blaise Diagne une semaine après son ouverture. …