Accueil / ACTUALITES / Crash de l’avion de la Kenya Airways : Un Senegalais parmi les passagers

Crash de l’avion de la Kenya Airways : Un Senegalais parmi les passagers

Des signes du Boeing 737-800 de la Kenya Airways disparu des écrans de contrôle hier dans le ciel du Cameroun avec 114 personnes à bord ont été découverts aujourd’hui, alors que le brouillard, une forêt dense et le silence inexpliqué d’un émetteur d’urgence compliquaient les recherches entamées dans le sud du pays.

Thomas Sobakam, chef de la météo à l’aéroport de Douala, n’a pas souhaité décrire ces signes, précisant simplement qu’il ne s’agissait pas de débris de l’avion. Les opérations pour retrouver la carlingue se poursuivent, a-t-il ajouté.

Selon Michael Okwiri, porte-parole de la compagnie, les autorités kenyanes ont reçu des informations indiquant que des débris de l’appareil avaient été retrouvés, mais il n’a pas pu les confirmer. «Nous avons les mêmes informations, selon lesquelles le site de l’accident a été localisé à 180km de Douala», a-t-il déclaré. «Nous avons des gens sur place et il semble que les informations soient contradictoires».

Alfred Mutua, porte-parole du gouvernement kenyan, a pour sa part expliqué qu’il avait entendu des informations selon lesquelles l’avion aurait été retrouvé et avait contacté les autorités camerounaises, qui lui «ont demandé de leur donner du temps».

Un peu plus tôt, le PDG de la compagnie kenyane, Titus Naikuni, avait déclaré lors d’une conférence de presse à Nairobi que l’avion avait cessé d’émettre des signaux après un premier appel de détresse, et ce, alors qu’un engin automatique aurait dû continuer à émettre deux jours de plus.

Ce silence est venu gêner un peu plus le déroulement d’une mission de secours déjà difficile. Si les précipitations ont diminué, le brouillard persistait dimanche. «C’est une forêt et il n’existe pas d’accès routier», a souligné M. Naikuni. «On parle là de forêt équatoriale, d’arbres hauts, immenses». Les secouristes étaient appuyés par des hélicoptères, dont certains prêtés par la France et les États-Unis.

L’avion attendu samedi à 6h15 à Nairobi était parti à 0h05 locales de la ville côtière de Douala où il avait fait escale en provenance d’Abidjan en Côte d’Ivoire. L’appareil a disparu près de Lolodorf, à quelque 140km au sud-est de Douala, selon Alex Bayeck, des services de communications locaux.

D’après M. Naikuni, l’avion, pratiquement neuf, a décollé avec une heure de retard pour cause de pluie. Des responsables de l’aéroport de Douala ont confirmé qu’il y avait à ce moment là des orages, tout en estimant improbable que ce soit l’unique cause de l’accident, d’autres appareils ayant décollé après le Boeing n’ayant pas rencontré de difficultés.

Des habitants ont expliqué avoir entendu samedi un «grand boum», selon M. Bayeck, et certains disent avoir vu un éclair n’ayant rien à voir avec ceux provoqués par le tonnerre. Une dizaine d’ambulances se tenaient prêtes à Lolodorf, où des proches de passagers étaient rassemblés dans le centre-ville.

Le Boeing 737-800 transportait 114 personnes, dont 105 passagers originaires de 27 pays, dont le Sénégal, a rapporté la compagnie, qui a diffusé dimanche une liste de noms de passagers. Un correspondant de l’Associated Press basé à Nairobi, Anthony Mitchell, figure sur la liste. Dimanche, des prières pour les occupants de l’appareil ont été dites dans plusieurs églises au Kenya, dont la cathédrale anglicane de Nairobi.

Kenya Airways est considérée comme l’une des compagnies africaines les plus sûres. Le dernier accident d’un avion de sa flotte assurant une liaison internationale date du 30 janvier 2000 quand 169 personnes ont trouvé la mort lorsque leur A310 a plongé dans l’Atlantique peu après son décollage d’Abidjan.


À voir aussi

L’indiscipline et l’incivisme de Teddy’s play school

Les responsables de l’école maternelle bilingue Teddy’s play school ne manquent pas vraiment de culot …

Droits de l’Homme : L’Onu épingle le Sénégal

Le Comité contre la torture des Nations-Unies (Un groupe de 10 experts indépendants qui surveillent …