Accueil / SOCIETE / Cravaté avec des comprimés barbituriques Il argue soigner ses crises d’épilepsie

Cravaté avec des comprimés barbituriques Il argue soigner ses crises d’épilepsie

Le bonhomme ne manque vraiment pas d’idées. Et pour cause. Tombé sur des limiers qui l’ont fouillé et découvert sur lui des comprimés «Riviotril» dans ses poches, il n’a rien trouvé à dire que de tenter de leur faire avaler qu’ils sont destinés à soigner ses crises d’épilepsie.

Source l’Observateur
Arona Baba Assane Sow, âgé de quarante-six ans, est un tailleur domicilié à Thiaroye, près de l’école vingt-sept. Il est un adepte de comprimés barbituriques qu’il achète souvent. C’est ainsi que l’autre jour, plus exactement le dix-huit juillet, il s’était rendu au lieu dénommé «market» sis à la gare ferroviaire de Thiaroye et s’était procuré une douzaine de comprimés «Riviotril». Pressé d’en prendre, il s’empresse de rentrer chez lui, mais manquant de chance, il croise le chemin des éléments de la brigade des recherches de la police de Thiaroye en mission de routine dans le secteur. Comme s’il avait flairé quelque chose, ces derniers l’interpellent et le soumettent à une fouille minutieuse qui se solde par la découverte desdits comprimés. Suffisant pour qu’il soit conduit au commissariat et laissé entre les mains d’un enquêteur chargé de le cuisiner. Conscient des risques qu’il encourt, Arona Baba Assane Sow renseigne qu’il est un épileptique et pique fréquemment des crises. Des camarades au courant de sa maladie lui avaient alors conseillé de prendre des comprimés «Riviotril» car cela l’aiderait à les calmer. Depuis lors, il fait tout pour en avoir avec lui au cas où. «C’est pourquoi, ce matin (Ndlr mardi), j’ai fait un saut au market où j’ai rencontré un type dont j’ignore le nom, mais que j’ai l’habitude de voir sur place vu qu’il est un trafiquant de comprimés barbituriques. Après l’avoir abordé, je lui ai décliné l’objet de ma venue en ces lieux. Il m’a remis douze «Riviotril» au prix de deux milles francs», confesse-t-il. Malheureusement pour lui, ses proches venus le voir à la police ont indiqué qu’il n’est nullement atteint d’épilepsie et n’a jamais eu de crises. Au terme de la mesure de garde-à-vue, Arona B. A. Sow a été présenté au délégué du procureur près le tribunal départemental de Pikine pour détention et usage de barbituriques. Placé sous mandat de dépôt, il attend d’être édifié sur la durée qu’il va rester sans roucouler avec sa douce moitié et cajoler ses quatre «bouts de bois de Dieu».


À voir aussi

Un autre immeuble d’Excaf vendu

Les temps sont durs pour les héritiers de feu Ben Bass Diagne. Après avoir perdu …

Mort de Fallou Sène: Me Assane Dioma Ndiaye va saisir les juridictions internationales

Avocat de la famille du défunt étudiant Fallou Sène, Me Assane Dioma Ndiaye indique que …