Accueil / Contributions / Cri de coeur d’un militant (Par Patrice SANE)

Cri de coeur d’un militant (Par Patrice SANE)

 C’est avec amertume et désolation que je parcours la presse de ce jour. Je ne peux m’empêcher de demander qu’est-ce que ce nouveau transhumant peut bien apporter au Président et à l’APR ? La réponse est sans équivoque : ABSOLUMENT RIEN, si ce n’est lui causer d’énormes torts et une antipathie.

Si c’est pour conquérir le DJOLOF, ce monsieur a perdu ce bastion depuis qu’un certain ALY NGOUILLE NDIAYE est rentré en politique ; par contre si c’est pour l’aider à se dédire sur la réduction de son mandat, là je donne ma langue aux chats.

Le Président de l’APR doit comprendre que certaines personnes ne lui sont d’aucune utilité et les élections présidentielles de 2017 se gagneront par :

1-     Respecter son engagement de réduire son mandat

2-     Travailler inlassablement pour la matérialisation de ses projets

3-     Donner du travail aux jeunes, aux femmes et soulager les personnes du troisième âge

Le Président de l’APR doit savoir que son parti est le seul dans le monde où les responsables sont pauvres et délaissés, ils rasent les murs pour ne pas paraitre ridicule devant la population, ils peinent àrégler les sollicitations sociales et se bousculent au pied des clandos, Ndiaga Ndiaye et cars rapides.

Le Président de l’APR doit se départir immédiatement des pseudosstratèges qui lui font croire que sa réélection passera par le recrutement tout azimut de personnes dépourvues d’éthique et de morale.

Le Président de l’APR gagnerait à renforcer ses braves femmes, jeunes et cadres au lieu d’engraisser des alliés peu crédibles et vomis par les sénégalais depuis 2000.

Le Président de l’APR doit mesurer la gravité de cette campagne de débauchage car la frustration dans les rangs du parti est incommensurable.

Les sénégalais sont matures et très en avance sur les politiciens !

Patrice SANE, militant APR

Share This:

À voir aussi

Des diabétiques testent un « pancréas artificiel » associant smartphone et insuline.

Un « pancréas artificiel » actuellement testé par 45 malades dans neuf hôpitaux en France injecte à …