téléchargement (3)

CRISE ARMEE EN CASAMANCE/ ROBERT SAGNA PREVIENT L’ETAT : « Le MFDC n’est pas mort, au contraire il est armé et  recrute toujours. »

 Robert Sagna a prévenu l’Etat, samedi soir, lors d’un panel organisé dans un hôtel de Ziguinchor par l’Amicale des agents de la RTS. En effet l’ex-maire de Ziguinchor exhorte le Gouvernement de ne pas « se leurrer » par rapport à l’accalmie constatée en Casamance depuis 2012. Selon le président du Groupe de Réflexion pour la Paix en Casamance (GRPC), «le MFDC n’est pas mort. Bien au contraire, il est armé et recrute toujours ».

 L’ex-maire de Ziguinchor devenu, sous Macky Sall, une personnalité incontournable dans le processus de pacification de la région naturelle de Casamanceparlait visiblement très sérieusement. Sa voix, son visage et sa gestuelle rendaient clairement compte du sérieux et de la véracité de son propos.

Robert Sagna qui a accepté, quasi-exceptionnellement, de faire publiquement « l’état des lieux » du processus de paix dans les trois régions administratives situées au sud du Sénégal, est d’abord revenu sur la situation actuelle du MFDC qui est, selon lui, « composé de quatre maquis dont les trois sont prêts à aller vers des assises inter-MFDC ».

Il a ensuite parlé de la position officielle du Gouvernement du Sénégal ayant opté pour « la solution négociée après avoir tendu la main au MFDC qui l’a acceptée ».

Puis, le président du GRPC a parlé de la position des populations de Casamance ayant choisi la paix définitive. « Les populations veulent la paix », a notamment déclaré M. Sagna.

Et puis, parlant de la Gambie et de la Guinée-Bissau, Robert Sagna a déclaré qu’elles  demeurent toujours les parties garantes  du processus de paix en cours en Casamance.

Evoquant la « diaspora » du MFDC établie,  selon lui, « aux Etats-Unis, en France, en Suisse (et) en Allemagne », le président du GRPC a dit que cette entité était en contact avec elle.

Concluant son propos, Robert Sagna a déclaré en substance : « tant qu’il y a encore des gens en brousse… des terres minées… nous ne pouvons pas dire que nous avons la paix. Et nous insistons auprès du Gouvernement pour qu’il ne se leurre pas, qu’il ne s’endorme pas… Il y en a qui pensent que le MFDC est fatigué… c’est une erreur… cette accalmie a besoin d’être accompagnée… Ce n’est pas vrai de donner l’impression que les gens du maquis (NDLR : du MFDC) sont fatigués, il faut voir comment ils sont armés. Le maquis recrute toujours ! »

Abdourahmane DIALLO

Voir aussi

received_1216566498365818-1-1

Mbagnick Diop au Forum Africa 2016

Nos radars ultra sophistiqués ont filmé, hier, celui qui tient les rênes au MEDS, à …