POLITIQUE

Crise au sein du groupe parlementaire libéral- Ngor Faye dénonce

  • Date: 30 novembre 2015

Le Parti démocratique sénégalais (Pds), qui traverse une crise profonde eu égard au dernier renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale, a  élaboré son calendrier de lutte pour dénoncer la violation de certains droits et lois. Selon Ngor Faye de la Convergence des cadres républicains (Ccc/Apr), cette lutte n’est qu’une affaire crypto-personnelle que le Pds et ses alliés veulent en faire une bataille nationale.

Plusieurs rendez-vous viennent d’être calés par le Pds et ses alliés pour faire face au régime du président  Macky Sall qu’ils accusent de gestion opaque. Un de ses lieutenants, Ngor Faye, membre influent de la Convergence des cadres républicains (Ccr /Apr) est monté au créneau, hier, pour démonter pièce par pièce les allégations de l’opposition. « Cet appel avorté à la mobilisation du peuple, le 25 novembre dernier, devant l’Assemblée nationale, n’est pas un combat du peuple. Ne confondons pas les raisons qui avaient valu un tel déferlement humain devant l’hémicycle le 23 juin 2011. Il s’agissait de défendre notre constitution que Me Abdoulaye Wade voulait violer pour accéder à un 3ème mandat. Donc, c’était un problème d’ordre national, très différent des raisons avancées par le Pds et ses alliés pour bénéficier d’un 23 juin bis », martèle M. Faye. Poursuivant son propos, il ajoute : « Si les membres de ce parti connaissent une crise interne due à la perte du pouvoir en 2012 et quand ils ne parviennent plus à s’entendre jusqu’à ne pas pouvoir avoir leur groupe parlementaire, en quoi le peuple est-il concerné ? Ont-ils une fois interpellé le peuple ou demander son avis lorsqu’ils étaient au pouvoir en ce qui concernait leur façon d’administrer. Non ! Les Sénégalais savent distinguer l’essentiel de l’accessoire. Nous n’allons pas sacrifier une journée de travail pour des quolibets politiques ».

Le 5 novembre dernier, était le jour du démarrage  des plénières pour le vote  de la loi des finances 2016. Pour le Coordonnateur du Mouvement républicain pour l’émergence des Parcelles Assainies Mre/PA,  cette date a été choisie de façon délibérée pour semer la confusion dans ce pays. « Voilà encore une peau de banane pour retarder la bonne marche de nos institutions et par ricochet tout le pays. Il serait vraiment très inapproprié de leur accorder du temps qui pourrait servir dans des causes plus productives. Déjà que nous sommes encore en retard sur le plan économique et social. Avec une telle opposition, au Sénégal, dont le jeu favori est de mettre toujours des bâtons dans les roues du pouvoir pour biaiser le processus de développement, nous n’aurons jamais le temps de nous concentrer sur le travail parce qu’étant perturbés continuellement », peste-t-il.

D’un ton plus que ferme, il accuse Me Abdoulaye Wade et ses alliés de chercher à obstruer toutes les actions du président Macky Sall au lieu de prier pour sa réussite.  On connait bien la formule : « Vous devez échouer pour que je vous remplace. Mais a-t-on mesuré les ramifications d’un tel échec tant souhaité ? Combien d’années de recommencement et de privations devrions nous faire face dans ce cas de figure ?  On ne reconstruit pas un pays en si peu de temps, à plus forte raison quand certaines personnes sèment le désordre. Si le président Macky Sall a mis en avant la restauration de l’État de droit et un plan destiné à faire émerger le pays, c’est là que se trouve véritablement la bataille des Sénégalais », soutient-il. Ngor Faye dissuade  l’opposition contre toute démarche nébuleuse visant à bloquer la voie de l’émergence. « Chacun d’entre nous doit constituer un maillon dans la chaine de l’émergence. Nos préoccupations, c’est le chômage des jeunes, la pauvreté, le cadre de vie, l’éducation, la santé et l’insécurité galopante. Il nous faut agir vite en travaillant davantage. Et si le Président Macky Sall en est le catalyseur, nous sommes tous la cheville ouvrière. Nous en avons assez d’une opposition qui ne cesse de dénigrer, de saboter les actions gouvernementales et de semer le doute dans la conscience des Sénégalais. Il serait bon pour tout citoyen républicain, de se départir de sa casquette d’opposant quelquefois et d’agir consciemment. Trop de démocratie tue la démocratie vraisemblablement », conclut-il.

Ibrahima Khalil DIEME

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15