Accueil / Education / Crise de l’éducation Le GP demande à l’Etat de prendre ses responsabilités

Crise de l’éducation Le GP demande à l’Etat de prendre ses responsabilités

Le Grand Parti s’invite dans la crise qui secoue le système éducatif. Les cellules au niveau des communes de Yeumbeul Nord et de Djeddah Thiaroye Kao exhortent l’Etat à prendre ses responsabilités pour résoudre cette crise.

Les responsables du Grand Parti de la banlieue ont tout d’abord dénoncé les conséquences que les grèves peuvent avoir sur le niveau des élèves. Selon Gaïndé Badiane, « ceux qui s’occupent de la question de l’éducation du régime actuel sont les seuls responsables de la crise qui secoue le secteur depuis près de trois mois. L’état doit prendre ses responsabilités pour mettre fin aux difficultés qui frappent le système. Ces grèves récurrentes peuvent impacter négativement le niveau des élèves. Une affaire qui doit être prise en compte par les autorités, les parents et les enseignants ». Ces responsables du Grand Parti faisaient face à la presse, ce mardi 10 avril 2018.  Pour Ngoné Mbodj, « le régime actuel a montré ses limites sur le résolument des préoccupations des populations. L’échec du gouvernement en place ne se limite pas seulement au secteur de l’éducation. Même le secteur de la santé est paralysé, sans parler de l’insécurité que les Sénégalais sont en train de vivre. Les enlèvements d’enfants enregistrés dans beaucoup de localités en sont la preuve ». Revenant sue les grèves des acteurs de l’éducation, Omar Dème souligne que « le respect des accords qui avaient été signés entre l’état et les syndicalistes d’enseignants, est important pour sauver l’année scolaire. Ce sont les élèves qui en tirent les conséquences si les grèves persistent ». Selon lui, « il y a négligence et manque de volonté politique de la part des autorités face aux préoccupations des enseignants. L’état doit prendre ses responsabilités par rapport à ce sujet. Nous lançons un appel solennel à Macky Sall pour que le problème qui empêche les élèves et leurs parents, les enseignants, les syndicalistes et autres de dormir, soit résolu pour éviter une année blanche ».

Pendant ce temps, l’état et les enseignants poursuivent leurs discussions à la recherche de solutions de sortie de crise.

Sada Mbodj

À voir aussi

L’«Ericsson Innovation Awards» remporté par des étudiants de l’Ucad

Le 1er prix du concours annuel «Ericsson Innovation Awards» a été remporté par les étudiants …

Les métiers de la communication à l’honneur : les spécialistes vont expliquer leurs pratiques et lever les préjugés

L’Ecole Supérieure de Journalisme, des Métiers de l’Internet et de la Communication (E-jicom) organise la …