téléchargement (1)

Crise scolaire, situation politique nationale, inondations… : Les enseignants de l’Apr invitent l’Etat à résoudre les problèmes

A l’occasion d’un point de presse qu’ils ont tenu hier, après-midi, les enseignants de l’Apr ont saisi l’occasion pour inviter le gouvernement à davantage poursuivre la dynamique de gestion et de résolution des profondes préoccupations des Sénégalais. Fustigeant une opposition « qui manque de vision et de perspectives », ils ont fait comprendre que la concertation et le dialogue doivent être privilégiés pour faire sortir notre école de l’ornière dans laquelle elle est plongée depuis bientôt un demi-siècle.

De l’avis des enseignants républicains, le cours politique et social dans notre pays est marqué, entre autres faits, par des déclarations loufoques, ubuesques et grotesques proférées par des politiciens en perte de vitesse, mais également par de graves menaces sur le bon déroulement de la prochaine année scolaire. Ils ont dénoncé une opposition frappée par une « absence de vision et de perspectives ». « Aujourd’hui, nous avons constaté que le pays est bloqué par certains syndicats véreux qui ne sont là que pour leurs propres intérêts et qui ne pensent pas aux enfants », a déclaré Adama Fall, membre du réseau national des enseignants de l’Apr.

Raison pour laquelle, poursuit-il, « nous avons demandé au gouvernement de prendre toutes ses responsabilités face à cette situation ». Il a ajouté qu’au nom des enseignants républicains que par rapport aux inondations, la situation n’est pas trop alarmante comme le pensent certains. Il y a des stratégies qui ont été déjà mises en place par l’Etat du Sénégal avec le programme d’urgence en mettant sur la table environ 5,5 milliards de FCfa pour régler la question », a-t-il justifié. La rencontre a permis aux enseignants de l’Apr de répondre à une certaine classe politique sénégalaise. « L’opposition s’alarme. Mais nous disons à ces gens que l’heure n’est pas aux paroles. Nous, nous sommes en train de travailler. Ce que nous avons réalisé pour les inondations, aucun gouvernement ne l’a fait  de Senghor jusqu’à maintenant, en si peu de temps. Parce que nous avons lancé le programme décennal d’investissements des inondations pour plus de 160 milliards de FCfa », a-t-il précisé.  Quant aux revendications des syndicats, « l’heure est au dialogue, de discuter sur la question de l’éducation », a-t-il confié. Pour les accords, l’Etat a fait un grand pas, a-t-il dit précisant que ce n’était pas pour une seule année, mais pour un mandat. Par ailleurs, il a annoncé le dépôt d’une plainte dès lundi matin au tribunal de Dakar contre Babacar Mbaye Ngaraaf pour malversation.

Le Soleil

Voir aussi

barthelemy dias

Barthelemy Dias octroie des bourses aux étudiants de sa commune

L’éducation et la formation font des préoccupations majeures du maire de Sacré Coeur. En effet, …