POLITIQUE

CRISE SYRIENNE- Macky Sall prône « une solution négociée »

  • Date: 22 septembre 2016

Le Chef de l’Etat, Macky Sall, dit fonder l’espoir sur la possibilité d’une solution négociée de la crise qui sévit depuis six ans en Syrie, pays du Moyen-Orient.

« La cause qui nous réunit sous le toit des Nations Unies, celle de la paix, n’est pas seulement souhaitable. Elle est nécessaire. Elle est aussi réalisable. Et le prix de la paix n’est jamais plus élevé que le coût de la guerre », a-t-il dit. Le président sénégalais intervenait, mercredi, au débat de haut niveau du Conseil de sécurité sur la Syrie, en présence du Secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-Moon et du Premier ministre néo-zélandais, John Key. Pour le Chef de l’Etat, « c’est ce qui fonde l’espoir du Sénégal qu’une solution négociée de la crise en Syrie est toujours possible ». A cet égard, il a exhorté « le Groupe international de soutien à la Syrie à poursuivre tous les efforts nécessaires en vue de parvenir à une trêve effective et durable sur l’ensemble du territoire syrien pour permettre l’acheminement sans entrave des secours humanitaires ». De même, a poursuivi le président Macky Sall, « le Sénégal soutient la mise en place d’un Centre de commandement commun, pour le partage l’information et une meilleure coordination de la lutte contre le terrorisme ». « Le Sénégal souhaite l’adoption d’une stratégie commune, globale et cohérente, pour que les terroristes défaits et chassés de la Syrie ne se replient pas ailleurs, en particulier en Afrique du Nord et dans la zone sahélo saharienne », a-t-il encore plaidé. En même temps, le chef de l’Etat a soutenu qu’ »il faudra bien faire la paix entre toutes les parties syriennes intéressées de bonne foi par une issue politique à la crise. Et cette paix est possible, parce que la guerre ne peut être le destin de tout un peuple.

‘’L’une des pires catastrophes humanitaires »

Le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, considère la crise qui sévit depuis six ans en Syrie comme « l’une des pires catastrophes humanitaires de notre temps ». « La situation en Syrie est l’une des pires catastrophes humanitaires de notre temps », a-t-il dit mercredi dans son allocution lors d’un débat de haut niveau du Conseil de sécurité, consacré à la crise syrienne. Le secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon, et le Premier ministre néo-zélandais, John Key, entre autres personnalités, participaient à cette rencontre. « Quel que soit le point de vue qu’on peut avoir sur le conflit syrien qui entre dans sa sixième année, une image s’impose à tous : celle d’un pays ravagé par la guerre, un pays réduit en champ de ruines ; une terre de feu, de larmes et de sang », a dit le président Sall. La crise syrienne, une guerre civile quasiment, est partie de révoltes en Syrie remettant en cause le régime en place depuis quarante ans. Ces mobilisations s’inscrivant dans la lignée du printemps arabe, se sont transformées en une guerre entre factions opposées ou favorables au président syrien Bachar el-Assad. D’après Macky Sall, « plus 300 000 morts ont laissé des familles disloquées » en Syrie, « meurtries par le deuil et la souffrance », malgré tout, « le décompte macabre n’en finit pas ».  « Pour combien d’orphelins ? Combien de veufs et de veuves ? Combien de personnes âgées abandonnées à leur triste sort, sans aucune assistance ? Combien de blessés, handicapés à vie ? Combien de réfugiés et de personnes déplacées ? Nul ne sait en réalité », s’est encore interrogé le chef de l’Etat sénégalais. « Ce qui se passe en Syrie est insoutenable. Sous le fracas des bombes, réunion après réunion, négociation après négociation, résolution après résolution, des vies humaines sont anéanties ; des maisons, des marchés, des écoles et des établissements sanitaires sont réduits à néant, en violation de toutes les règles du droit international humanitaire », a-t-il déploré. En dépit des efforts louables des organismes humanitaires et des bonnes volontés, c’est tout un peuple qui agonise. Tout un pays qui s’effondre avec son économie et son héritage socio culturel multiséculaire. Pour combien de temps encore ? », s’est encore demandé le président sénégalais.

APS

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15