téléchargement (2)

CROISSANCE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE- Le Sénégal un bon élève, selon le FMI

Dans un contexte où l’Afrique sub-saharienne a connu, en 2015, sa plus faible croissance, depuis 15 ans, en raison notamment de la chute des cours des matières premières et de la sécheresse, le Sénégal est l’un des rares pays de la région à être un bon élève avec une croissance de plus de 5 pourcent. C’est ce que révèle le dernier rapport du Fonds monétaire international (FMI) publié, ce mardi, sur les Perspectives économiques régionales en Afrique sub-saharienne.

Selon les calculs de l’institution, la croissance moyenne dans la région Afrique s’établit à 3,5%, en 2015, et devrait chuter à 3%, cette année, bien loin des 6% affichés lors de la décennie précédente. Mais dans cette grisaille, le Sénégal fait encore partie des bons élèves du continent ayant des taux de croissance dépassant 5%, grâce notamment à leurs investissements dans les infrastructures et la forte demande de leurs classes moyennes émergentes. Le Sénégal partage ce constat assez flatteur avec la Côte d’Ivoire et le Kenya.

« La plupart des pays importateurs de pétrole s’en tirent beaucoup mieux : un grand nombre d’entre eux, dont la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Sénégal et beaucoup de pays à faible revenu, enregistrent une croissance de 5 % ou plus. Ces pays continuent à bénéficier des investissements d’infrastructure et du dynamisme de la consommation privée », note le FMI dans son document.

Selon le FMI, « bien que les perspectives immédiates d’un grand nombre de pays d’Afrique subsaharienne restent difficiles, les perspectives de croissance à moyen terme de la région demeurent favorables. Les ressorts intérieurs fondamentaux de la croissance de ces dix dernières années n’ont pas disparu. En particulier, la nette amélioration du climat des affaires dans la région et la démographie favorable devraient favoriser la croissance à moyen terme ».

Soulignons que le rapport sur les Perspectives économiques régionales du FMI contient deux études de référence qui examinent, d’une part, le choc actuel sur les termes de l’échange des produits de base et la riposte des autorités au ralentissement de l’activité dans le passé, et d’autre part, l’impact économique des progrès réalisés en matière de développement financier.

En définitive, souligne le FMI, « la région a fait des progrès considérables dans le domaine de l’accès aux services financiers grâce à l’utilisation des technologies mobiles et à l’expansion des banques panafricaines ».

K Coly

Voir aussi

telechargement

CONSOMMATION DE VIANDE AU SÉNÉGAL- En hausse grâce à la volaille !

La consommation de viande au Sénégal a augmenté en 2015. Notamment grâce à la volaille, …