Accueil / ECONOMIE / Croissance mondiale 2015-2016- le FMI revoit à la baisse ses prévisions

Croissance mondiale 2015-2016- le FMI revoit à la baisse ses prévisions

Dans une interview accordée aux “Échos” hier, lundi 28 septembre 2015, la directrice de Fonds monétaire international, Christine Lagarde a jugé que ses perspectives de croissance mondiale pour 2015 et 2016 ne sont plus réalistes. Par conséquent, elles devront être revues à la baisse.

La santé de l’économie mondiale est en demi-teinte! Pour cela, le Fonds monétaire international (Fmi) devrait revoir à la baisse ses prévisions de croissance mondiale pour 2015-2016. En tout cas c’est ce que sous-entend sa directrice Christine Lagarde dans un entretien accordé aux ‘’Echos’’. «Nous sommes dans un processus de reprise, dont le rythme décélère. Nous observons un basculement entre les pays émergents (Chine, Brésil,…) et les pays développés : les premiers, qui tiraient la reprise mondiale il n’y a pas si longtemps, sont en train de ralentir. Les seconds voient leur élan s’accélérer», a-t-elle expliqué. «Ce phénomène devrait nous amener à réviser en baisse nos prévisions de croissance. Un Pib mondial en croissance de 3,3% cette année n’est plus réaliste. Une prévision de 3,8% pour l’an prochain non plus. Nous resterons tout de même au-dessus du seuil de 3%», a-t-elle motivé.

Questionnée sur le ralentissement de la croissance chinoise – où la croissance pourrait baisser sous les 7% en 2015 – Christine Lagarde assure que ses causes sont «à la fois structurelles et délibérées». Et de poursuivre: «Les autorités chinoises affichent une réelle volonté de tempérer le développement économique du pays et la Chine est en train d’écrire une nouvelle page de son histoire, ce qui n’est pas forcément bien compris», a-t-elle développé.

Suggestions à la Chine  

«Nous avons tous demandé à la Chine de se réformer, d’ouvrir son économie, de réduire son excédent commercial, de rééquilibrer son modèle en faveur de son marché intérieur et de faire en sorte que sa monnaie soit correctement valorisée», a-t-elle expliqué.
Selon elle, «A moyen terme, c’est ce que la Chine est en train de faire. Ce n’est évidemment pas une promenade dans un jardin de roses, mais pour moi le ralentissement chinois bien géré est une bonne nouvelle, si on arrive à l’anticiper et à l’intégrer», a-t-elle développé.

Pour Christine Lagarde, «la politique monétaire menée par le Royaume-Uni, le Japon et la Banque centrale européenne (Bce) va dans la bonne direction. Il faut maintenir une politique monétaire accommodante au niveau mondial. Mais ce n’est pas suffisant : certains pays ont une marge de manœuvre budgétaire, il faut l’utiliser. Je pense, dans la zone euro, à l’Allemagne et aux Pays-Bas, qui disposent de marge de manœuvre pour jouer plus délibérément un rôle de moteur en Europe».

Y’a-t-il trop d’austérité en Europe? «Non. L’effort de consolidation budgétaire ne dépasse pas 0,3 % du PIB. On ne peut tout de même pas parler d’une politique d’austérité excessive dans la zone euro», a-t-elle soutenu.

Sud Quotidien

Share This:

À voir aussi

ASSEMBLEES ANNUELLES DE LA BAD EN INDE L’Afrique pour s’inspirer du berceau de la révolution verte

Les 52es Assemblées annuelles du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) se tiendront en …