Accueil / SOCIETE / Cybercriminalité au Sénégal : 1000 plaintes et 125 personnes déférées au parquet

Cybercriminalité au Sénégal : 1000 plaintes et 125 personnes déférées au parquet

La première pierre d’une école de formation en cybersécurité a été posée, hier mardi à Dakar, à l’initiative des gouvernements français et sénégalais. Le Ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, qui présidait la cérémonie, a renseigné qu’il y a 1000 plaintes et 125 personnes arrêtées et déférées au parquet pour cette infraction.

Le Ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a informé, hier, que la cybercriminalité est une réalité dans notre pays. La preuve, dit-il, 125 personnes ont été arrêtées et déférées au parquet pour cette infraction. Il ajoute également qu’en plus de ces interpellations, il y a 1000 plaintes dans le circuit. S’exprimant suite à la pose de la première pierre d’une école de formation en cybersécurité, à l’initiative des gouvernements français et sénégalais, Aly Ngouille Ndiaye a rappelé que c’est en 2017 que la police sénégalaise s’est dotée d’un outil de lutte contre la cybercriminalité. Depuis, elle frappe au cœur des réseaux mafieux du Net. « Cela veut dire que c’est très efficace. Nous savons tous qu’aujourd’hui, nous sommes très exposés aux risques d’arnaque ou de chantage », a déclaré Aly Ngouille Ndiaye. Avant de poursuivre : « nous, personnes physiques et morales, notamment le système bancaire, les entreprises, travaillons tous sur des données qui méritent davantage d’être protégées ». Prenant la parole par la même occasion, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré : « nous sommes très exposés et nous devons nous protéger davantage ». S’exprimant aussi à cette rencontre, le secrétaire général du ministère sénégalais des Affaires étrangères, Chérif Diagne, a renseigné que l’établissement, qui sera érigé dans l’enceinte de l’Ecole nationale d’administration du Sénégal, aura une vocation régionale, c’est-à-dire qu’il va former des ressortissants d’autres pays africains.

« Le Sénégal et la France, conscients des menaces exercées sur leur démocratie et leur développement économique et social, à travers des usages malveillants du cyberespace et des outils numériques, ont décidé de créer une école consacrée à la formation dans le domaine de la cybersécurité », a expliqué M. Diagne, lisant une déclaration conjointe des autorités des deux pays, lors de la cérémonie de lancement des travaux de l’établissement. Il ajoute que  « les deux pays entendent renforcer leur coopération exemplaire pour répondre à ces menaces en créant un partenariat bilatéral à vocation régionale dans ce domaine de haute technologie qu’est la cybersécurité ». Selon toujours lui, l’école est provisoirement installée sur le site de l’Ecole nationale d’administration du Sénégal et doit ouvrir ses formations en 2019, au profit de hauts fonctionnaires et décideurs africains (…) chargés de la lutte contre cybercriminalité. Le futur établissement va offrir des formations courtes et modulaires, qui seront évolutives afin de s’adapter aux développements rapides du secteur de la cybersécurité. Il permettra aussi de renforcer, selon toujours M Diagne, les capacités de réaction des pensionnaires aux menaces technologiques visant les réseaux d’information, de lutter contre la cybercriminalité et l’usage d’internet à des fins terroristes. « Le Sénégal et la France réaffirment leur souhait de développer ce projet innovant (…) qui aura vocation à s’ouvrir par la suite à la société civile et à des partenariats avec le monde universitaire et le secteur privé numérique ».

Cheikh Moussa Sarr

À voir aussi

Fissel: Un homme égorge sa femme enceinte…

Horreur! Après le drame des Maristes, où une Aida Mbacké dame est suspectée d’avoir tué …

Affaire Ndiaga Diouf: Pourquoi le parquet a renvoyé le dossier de Barth

Le procès sur l’attaque de la mairie de Mermoz-Sacré-Coeur, le 22 décembre 2011, au cours …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *