IMG_2118-2

DAC Sangalkam en orbite

Le PRODAC met en œuvre la directive du Chef de l’Etat qui a mis 6,5 milliards pour le financement du Domaine Agricole Communautaire « urbain ». Plus de mille hectares sont mis à disposition par les communes de Sangalkam, Bambylor, Diamniadio et Sébikotane.
C’est une salle de délibération de la mairie de Sangalkam, pleine à craquer, qui a accueilli la première réunion sur le DAC (Domaine Agricole Communautaire) de Sangalkam. Le maire de la commune, par ailleurs Ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime Oumar GUEYE, a loué la réactivité et le pragmatisme du Coordonnateur National du PRODAC Jean Pierre SENGHOR qui, aussitôt après l’annonce du Président de la République de démarrer ce DAC, décide de mettre en œuvre cette directive du dernier conseil des ministres délocalisé de Dakar.
La zone de Sangalkam dispose de plus de mille hectares de terres qui sont identifiés entre le domaine de l’ISRA (Institut de des Sciences et de Recherches Agronomiques) de quelques 540 hectares, des anciens aménagements de BUD Sénégal, la Société de maraichage Industriel dissoute le 20 septembre 1979, qui avait aménagé 400 hectares entre Sébikotane et Sangalkam et les réserves de Déni Youssou, dans la commune de Diamniadio, avec plus de 200 hectares.
Les jeunes et les femmes ont d’une seule voix, souhaité le démarrage effectif du programme. Le DAC de Sangalkam va créer plus de 7.000 emplois. Le financement porte sur 6,5 milliards tel que définie par le Président de la République Macky SALL. Il suscite un grand espoir pour les populations de la zone et particulièrement celles de Dakar.
Le DAC vitrine de Sangalkam sera une réponse à la problématique de l’emploi pour les jeunes de la région de Dakar. Il pourrait remplacer ce que jadis Bud Sénégal a tenté sans grande réussite.
Quand, en 1971 la société O.P.S.A., filiale hollandaise de la société BUD californienne, propose l’installation dans le Cap-Vert d’une plantation de contre-saison, l’idée paraît d’autant plus séduisante que les succès d’Israël, de l’Afrique du Sud ou du Kenya dans ce domaine attestent la croissance de la demande du marché européen.
C’est aujourd’hui l’objectif fixé par le DAC de Sangalkam qui va, au-delà des emplois, s’orienter vers la satisfaction du marché de la capitale et vers l’exportation de produits maraîchers.

Voir aussi

telechargement-4

Naufrage du JOOLA- La Lsdh va attaquer l’Etat devant la Cedeao

La Ligue sénégalaise des droits de l’homme (LSDH) a décidé d’attaquer l’Etat du Sénégal devant la Cour …