Accueil / POLITIQUE / Daouda Dia, Premier questeur de l’Assemblée nationale « Nous n’avons aucune crainte par rapport au pacte du ministre d’Etat Habib Sy »

Daouda Dia, Premier questeur de l’Assemblée nationale « Nous n’avons aucune crainte par rapport au pacte du ministre d’Etat Habib Sy »

Premier questeur de l’Assemblée nationale et par ailleurs coordonnateur de l’Apr dans le département de Kanel, Daouda Dia a organisé un grand meeting avec son staff, hier, pour remercier les populations de Kanel qui ont massivement voté la coalition Benno Bokk Yaakar lors des dernières législatives. Au terme de cette rencontre, il s’est entretenu avec la presse avant d’aborder les points chauds de l’actualité.

Honorable député Daouda Dia, on note depuis un certain temps des sorties de certains de vos alliés frustrés après le remaniement. Il reproche au Président Sall de donner la part belle à l’Apr. Comment analysez-vous cette situation ?

« On nous reproche nous membre de l’Apr de s’être taillé la part du lion lors du dernier remaniement. Mais pour être sincère, je pense que les gens de l’Apr méritent ce qu’ils ont. C’est eux qui ont eu à asseoir le parti d’abord, à travailler pour consolider la coalition Benno Bokk Yaakar par la suite. Donc, l’Apr c’est le socle de Benno. L’Apr c’est la fondation de Benno. Si l’Apr n’est pas solide Benno va imploser. Si le Président décide de donner une part belle à l’Apr c’est tout à fait juste et justifié. Parce que lors de la première législature l’Apr a été lésée alors que c’est l’Apr qui fait le gros du travail. Pour être sincère et même nos amis de la coalition Benno ont compris quand même que c’est une véritable justice que le Président a fait. Pour cela, le problème ne se pose pas ».

Alors que l’on note des frustrations dans vos rangs, le ministre d’Etat Habib Sy est en train de poser des actes visant à regrouper l’opposition pour vous déboulonner en 2019. Qui est-ce que cela vous inspire ?

« C’est tout à fait normal parce que le ministre d’Etat Habib Sy est dans l’opposition. Il est dans son rôle d’opposant et stratégiquement il veut déboulonner le parti au pouvoir. Mais nous aussi nous n’allons pas nous laisser faire en tant que la coalition la plus forte d’ailleurs du Sénégal et à la tête de laquelle il y’a le Président de la République, Macky Sall. Nous sommes certains de gagner les élections qui vont venir et toutes les prochaines élections parce que nous sommes mieux outillées, nous sommes mieux préparées et nous avons une coalition représentative. C’est la raison pour laquelle nous n’avons aucune crainte. Mieux, nous trouvons que c’est à tout fait normal ce que le ministre d’Etat est train de faire. Cela renforce notre démocratie et c’est tout à fait aussi naturel qu’il y’ait des coalitions contre le pouvoir. Pour le moment c’est le Président Sall que le peuple a choisi. Nous l’accompagnons et nous n’avons pas une crainte par rapport à cette coalition qui est train de se former avec beaucoup de difficultés. Et ce n’est pas sûr que cela va aboutir à une formation de coalition contre le pouvoir ».

Par ailleurs, on constate que le Président de la République a lancé, une deuxième fois, un appel au dialogue. Que dites-vous à l’opposition par rapport à cet appel de Macky Sall ?

« Au Sénégal nous ne connaissons que le dialogue. Nous ne pouvons pas aller sans le dialogue parce que nous sommes naturellement un pays de dialogue. Si le Président appelle au dialogue c’est tout à fait normal. Il faut dire que l’intérêt du Sénégal vaut plus que l’intérêt de n’importe quelle structure, de n’importe quelle entité. Aujourd’hui, c’est le Président de la République qui est là en l’occurrence Macky Sall et demain on aura un autre. Donc l’intérêt du Sénégal c’est le développement, c’est l’émergence comme dit le Pse. Ce que nous demandons à tout le monde c’est d’adhérer à cette dynamique unitaire qui permettra au Sénégal et à tout un chacun de se retrouver dans le Sénégal que nous voulons construire tous. C’est-à-dire un Sénégal de bonheur, de paix et de prospérité. C’est ce qu’on attend du Président de la République et c’est ce que l’on attend de tout un chacun de nous ».

Pour terminer Monsieur le Premier questeur, pourquoi vous avez organisé un grand meeting, ce dimanche, à Wendou Bosséabé ?

« Avec mon équipe nous avons organisé ce meeting pour remercier le Président Macky Sall qui m’a choisi parmi mes frères et sœurs du département de Kanel comme tête de liste d’abord mais également comme coordonnateur de l’Apr dans le département. Nous étions à la hauteur lors des dernières législatives et nous avons gagné haut la main. D’ailleurs nous sommes le premier département en termes de mobilisation et en termes de résultat. Donc, nous sommes meilleurs parmi les meilleurs. C’est la raison pour laquelle je profite de ce meeting pour rendre hommage et remercier tous les militants de notre grande coalition mais également aussi toutes les populations du département de Kanel qui ont eu à nous accueillir chez eux pendant cette longue campagne. C’était une belle campagne pour nous. Nous avons sillonné le département à n’importe quelle heure et cela nous a valu une grande satisfaction. On a passé des nuits entières sans dormir et nous n’avons pas senti la chaleur, les difficultés et les contraintes liées à ce déplacement souvent nocturnes. Nous avons vu une population enthousiaste qui nous a accueillis avec ferveur avec militantisme et qui a prouvé lors de ces élections qu’elle est effectivement et exactement en relation sincère avec le candidat choisi par le Président de la République ».

Lors de ce meeting, les populations ont également fait montre de leurs doléances notamment en ce qui concerne l’eau, l’électricité etc.  Avez-vous espoir que ces doléances seront résolues ?

« Sur ce plan, je pense que la campagne a montré que nous avons fait des avancés. La plupart des doléances que nous avons eu à avoir dans ce département-là, quand nous sommes venus dire aux populations de travailler pour le Président de la République, est résolue. Les principales doléances étaient l’électricité notamment l’électricité dans le « Dandé Maayo ». C’est devenu une réalité. Nous avons pu réaliser des pistes de production mais aussi des forages pastoraux dans le Ferlo et dans le Diéri. Non sans oublier l’électricité dans le Ferlo. Ce sont les doléances que les populations formulent souvent à l’endroit des responsables politiques. Mais toutes les doléances ne peuvent pas être résolues en un seul coup. Cependant, nous avons établi un planning qui nous permettra d’ici 5 ans de pouvoir résoudre tous ces problèmes du département au département. Il s’agit des problèmes liés à la santé, à l’éducation rurale, les pistes de production, etc ».

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Présidentielle 2019 Macky lance sa campagne électorale

Le Président de la République Macky Sall séjourne, du 19 au 20 février, dans les …

L’ éthique en politique face aux pressions du pouvoir- Tergiversations de Bamba Fall ou la difficulté d’être opposant

REWMI.COM- Au Sénégal, il est devenu très difficile d’être opposant. Cette posture est souvent perçue …