Confidences

De la Fac Médecine de l’Ucad au bastion de l’EI en Lybie: L’énigme Sadio Gassama

  • Date: 7 décembre 2015

Décrit comme un étudiant modèle, un crack à la Faculté de médecine de l’Université Cheikh Diop (Ucad), Sadio Gassama a, lui aussi basculé dans le fondamentalisme religieux. Et depuis quelques jours, il semble avoir ravi la vedette à Abdourahmane Mendy (Ndlr : l’autre jihadfiste sénégalais basé à Syrte, en Libye), en terme de propagande sur Facebook.

Ses proches n’en reviennent toujours pas quelques semaines après sa disparition, Sadio Gassama, un ancien étudiant de la faculté de médecine de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) se signale sur Facebook avec un message qui fait froid dans le dos : « Salamou aleykoum pour ceux qui veulent une nouvelle de moi qu’ils sachent que je suis en vie Alhamoudilah. Maintenant, je suis médecin jihadiste dans l’Etat islamique en Lybie. Wa ha liliha hand ». Mais loin de rassurer ses, Sadio Gassama n’aura réussi qu’à les plonger dans le désarroi total. A preuve, son père est depuis lors meurtri et ses amis et autres camardes d’université, perdus.

Qu’est s’est-il passé pour que cet ancien étudiant de 25 ans originaire de Ziguinchor, se radicalise pour se retrouver dans le bastion de l’Etat islamique en Lybie ? Personne ne le sait exactement. En désespoir de cause d’ailleurs, c’est la même page Facebook que ses proches le supplient de revenir à la raison. Ce qui ne semble pas être gagné d’avance et pour cause. S’il se remarquait jusque-là par des « posts » dans lesquels il délire et fait l’apologie du terrorisme, Sadio Gassama a posté, depuis quelques jours une photo sur laquelle il exhibe sa… tenue de combat personnalisé et son arme. Le tout accompagné d’un texte dans lequel il théorise les différentes formes de Jihad. Le texte, ainsi que son illustration, ont d’avantage inquiété ses proches dont les réactions ont fusé dans tous les sens. L’un deux assène en « commentaire » : « de toute façon je ne peux pas y croire, ce n’est pas Sadio Gassama qui parle ainsi ».

D’autres essayent de le raisonner : « Bro reprend tes esprits et pense à ta famille. Ak loumou meuntii donn ce que tu fais là est égoïste. Tu as une famille man penses à eux », « tes parents, amis et autres, tu en fais quoi ?, boy tu nous a vraiment déçu depuis que tu es parti ton père n’a pas l’esprit tranquille », « ton père souffre mais tu restes dans tes idioties », ou « salut boy j’espère que va très bien. Mais boy, je ne sais même pas quoi te dire. Boy stp il est encore temps de revenir à la maison ». A toutes ces interpellations, Sadio Gassama répond : « Même si on m’apportait un jet privé je ne reviendrai jamais au Sénégal ».

Pour ce qui est de sa famille, il délire encore à l’endroit ce lui qui l’a interpellé : « Dis leurs de patienter. Je suis dans le meilleurs des commerces ».

Comment quelqu’un qui est décrit comme un crack peut-il subitement tenir de pareils discours. Difficile de répondre à cette question. Dans tous les cas ceux qui le connaissent confient qu’il était aussi surnommé « imam ». En effet, l’étudiant en médecine a était aussi un « ibadou » qui maitrisait parfaitement l’arabe. Pourtant et malgré sa radicalisation, Sadio Gassama garde toujours comme « image » de couverture de sa page, une photo sur laquelle ont le voit entouré de ses anciennes camardes de la faculté de médecine. Mais c’était sans doute dans une autre vie.

Source : Libération

De la Fac Médecine de l'Ucad au bastion de l'EI en Lybie: L'énigme Sadio Gassama

 

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15