Accueil / POLITIQUE / De nouveaux «députables» sur les listes de la Coalition Sopi 2007 : Mue… libérale à l’Assemblée nationale

De nouveaux «députables» sur les listes de la Coalition Sopi 2007 : Mue… libérale à l’Assemblée nationale

Nombreux sont les anciens députés libéraux exclus des investitures pour la prochaine législature pendant qu’un contingent de nouveaux responsables sont promus. Au même moment, un autre groupe reste aux commandes. Ainsi, le Pds fait sa mue au Parlement à travers le choix des hommes. Lequel choix répond à certains critères.

Source : Le Quotidien
C’est un grand nettoyage que le Parti démocratique sénégalais (Pds), à travers les listes de la Coalition Sopi 2007, a fait dans le choix de ses hommes lors des investitures pour les législatives du 3 juin. En effet, des mutations bouleversantes sont notées dans la confection des listes, si l’on établit la comparaison entre les députés qui siègent au Parlement au nom du Pds et les personnes choisies pour représenter le parti de Me Wade à l’Assemblée nationale à la prochaine législature. Une horde de bleus…libéraux s’apprête, si la liste de la coalition Sopi 2007 sort victorieuse de la consultation électorale, à siéger à l’Hémicycle. Sur la seule liste nationale proportionnelle, l’on décompte 38 nouveaux militants et responsables du Pds, investis et qui ne faisaient pas partie de la législature qui peine à être bouclée depuis mai 2006. Cette situation met en exergue les changements opérés dans la marche du parti libéral et dessine les contours d’une nouvelle génération de responsables promus selon des critères non encore définis. Ce bataillon de novices est essentiellement composé de femmes et de jeunes encore inconnus du grand public. C’est le cas de Métou Bâ, Alioune Souaré, Absa Cissé, Tafsir Thioye, Aminata Sall dont l’investiture est fortement contestée par les jeunesses libérales …Le chiffre est largement plus important, si les listes des 36 départements sont prises en compte.

Cette mutation a entraîné des conséquences dans le choix des libéraux sur qui la direction du Pds a porté le choix de défendre les intérêts du parti et des populations à la représentation nationale. Ainsi, sur les 82 députés issus des rangs du Pds y compris les 12 frondeurs proches de l’ancien Premier ministre Idrissa Seck et d’une partie des alliés au cours de cette présente législature, 34 responsables libéraux qui sont actuellement des députés ne reverront pas l’Assemblée nationale de sitôt. Le renouvellement est passé par là. C’est le cas de Souleymane Seck de Bargny, Kalidou Bâ de Kédougou, Alkaly Cissé, Mama Dabo de Ziguinchor, Penda Sago Diop de Mbacké, Alioune Kébé de Kébémer, Khalifa Niasse de Kaolack, Meïssa Sall de Dakar et Fatim Ndiogou Ndiaye de Rufisque, entre autres.

NOUVEL ORDRE LIBERAL

La mise à l’écart de ces 34 députés qui sont en train de goûter à leurs ultimes privilèges de député reste liée au nouvel ordre libéral caractérisé par la promotion des seuls responsables ayant un mentor au sommet du Pds. Lequel ordre prend aussi en compte les critères de représentation et de loyauté à Me Wade et à Macky Sall. La leçon de la fronde initiée par Omar Sarr et compagnie semble être bien comprise. Car, l’on se rappelle que les investitures des élections législatives de 2001 ont été pilotées par Idrissa Seck et ce dernier, en sus des 12 frondeurs, continuait de réclamer une partie des députés à l’Assemblée nationale. Ainsi, à travers ces nouvelles listes, le parti de Me Wade semble s’inscrire dans la sécurisation, une opération au cours de laquelle la «mauvaise graine» a été extirpée. Comme le clame toujours son administrateur, Abdoulaye Faye.

Outre ces considérations, il faudrait souligner l’inactivité et l’incapacité de certains des recalés à conquérir leurs bases et à se faire accepter par elles. Parmi ceux-là, on peut retenir Khalifa Niasse, Talla Seck, Pape Meïssa Diop. Il s’y ajoute que le choix des hommes relève d’une stratégie allant dans le sens de préparer la succession de Me Wade à la tête du Pds et de l’Etat. C’est ainsi que Macky Sall, à tort ou à raison, est soupçonné d’avoir placé en bonne place sur les listes les responsables qui seraient acquis à sa cause. Car, rouspète-t-on, il a saisi l’occasion pour mailler le territoire et servir les responsables capables d’être ses répondants dans les localités.

Par ailleurs, en face des recalés, se dresse le contingent de responsables reconduits. En effet, des 82 députés du Pds, 40 ont été reconduits sur les listes. 25 d’entre eux sont sur les listes départementales, alors que 15 seulement sont inscrits sur la nationale. Si les uns bénéficient d’une bonne position, d’autres par contre, voient leurs chances de se faire repasser l’écharpe, s’amoindrir compte tenu du niveau de leurs positions sur les listes. Pendant ce temps, certains suppléants prient pour que leurs titulaires soient nommés à des postes qui nécessitent leur démission du Parlement.


À voir aussi

Assemblée nationale: Pape Dio éjecté

Pape n’est plus le 8e vice-président de l’Assemblée nationale. Il a été remplacé à ce …

« Dog Bumi Gacce » déchire l’arrêté du préfet

Le Front Dog Bumi Gacce maintient sa manifestation prévue ce vendredi 12 octobre 2018 à …