Accueil / Education / Débrayage, grève et marche au menu du 5e plan d’action du G6

Débrayage, grève et marche au menu du 5e plan d’action du G6

L’intersyndicale des enseignants du G 6 a annoncé une série de débrayages, de grève dans le cadre de la mise en œuvre de son 5e plan d’action.

 Ce plan prévoit le maintien du boycott des compositions, de toutes les évaluations, des cellules d’animation pédagogique, selon un communiqué reçu à l’APS.
Le G5 annonce un débrayage mardi suivi d’une assemblée générale. Une grève totale est prévue mercredi et jeudi tandis que les enseignants vont assurer une « présence négative » vendredi.
Un débrayage est encore prévu le mercredi 14 mars, suivi, le 15 mars, d’une grève totale et d’une marche nationale à Saint-Louis et d’une « présence négative », le 16 mars.
Les syndicats du secteur de l’éducation dénoncent le non-respect du protocole d’accords signé avec le gouvernement en 2014. Ils demandent au gouvernement de procéder à l’harmonisation du système de retraite, au recrutement d’enseignants, à l’augmentation substantielle et à l’alignement de leur indemnité de logement.
Ce dimanche, le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, a invité, les organisations syndicales d’enseignants à suspendre la grève en attendant la fin des négociations en cours avec le gouvernement.
« (…) si le gouvernement s’est mobilisé autour du Premier ministre pour les recevoir pendant dix heures de temps, l’attitude la plus responsable, à l’issue de cette rencontre, c’était de suspendre la grève et de faire des contre-propositions », a estimé M. Thiam.
Le ministre s’exprimait à Saly-Portudal (Mbour, ouest), en marge de la cérémonie de clôture de l’atelier de lancement de l’application de programmation et de suivi des constructions scolaires.
Sur la question de l’indemnité de logement, Serigne Mbaye Thiam a précisé que le gouvernement a fait une proposition pour une dotation de douze milliards de francs CFA.
« Malgré les plans d’actions qui sont déroulés, le dialogue n’a jamais été rompu entre le gouvernement et les organisations syndicales. Nous continuons à discuter sur les questions pour prendre en compte leurs préoccupations », a insisté M. Thiam.
Il dit comprendre qu’une organisation syndicale ne soit pas satisfaite, mais « l’attitude la plus responsable », selon lui, c’est de faire une « contre-proposition ». « L’attitude qu’il fallait avoir, c’est de dire, pendant qu’on discute, on suspend la grève en continuant les discussions », a dit le ministre de l’Education nationale.
Il a en outre demandé aux syndicalistes de ne pas instrumentaliser les élèves qu’ils impliquent dans leurs mouvements d’humeur. Le ministre est d’avis que les enfants n’ont rien à voir avec les problèmes syndicaux.

À voir aussi

Concours polytechniques: Le Lycée scientifique d’Excellence de Diourbel en tête

Après sa brillante participation au concours général 2018, le Lycée scientifique d’Excellence de Diourbel (LSED) …

Année invalide à l’UGB pour 4 UFR !

Quatre UFR de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis vont reprendre l’année académique sans être considérés …