Accueil / SOCIETE / Décès brutal du président ghanéen John Atta Mills L’Afrique perd une voix de la démocratie

Décès brutal du président ghanéen John Atta Mills L’Afrique perd une voix de la démocratie

Le président ghanéen John Atta Mills est mort, brutalement mardi, à l’âge de 68 ans, de causes encore inconnues, et le vice-président John Dramani Mahama a prêté serment, dans la soirée, pour lui succéder. L’Afrique perd une nouvelle voix de sa jeune démocratie
Le chef de l’Etat est décédé, quelques heures après être tombé malade, indique le communiqué, sans autre précision. Le communiqué note toutefois que Mills s’était plaint de douleurs, lundi soir et est décédé mardi, après-midi, après une rapide détérioration de son état de santé. Il était revenu, il y a quelques semaines des Etats-Unis, où il avait subi une batterie d’examens. Il avait plaisanté avec des journalistes, à l’occasion de son départ d’Accra, la capitale, au sujet de rumeurs évoquant sa mort. « Est-ce que vous regardez une personne qui est morte? », avait-il demandé ironiquement. Mills devait, selon toute vraisemblance, se représenter à la tête du Ghana, à la présidentielle de décembre prochain.

UN MODELE DE DÉMOCRATE

John Atta Mills avait obtenu la reconnaissance de la communauté internationale, en tant que dirigeant d’un pays africain considéré comme exemplaire, tant sur le plan de la stabilité politique que du respect de la démocratie.

Avocat et expert en fiscalité de formation, Mills avait supervisé l’émergence du Ghana comme nouveau pays producteur de pétrole, s’attirant la reconnaissance de son pays et de la communauté internationale pour sa solide politique économique et son engagement en faveur de la démocratie et de la bonne gouvernance. Mills et son parti ont suscité les espoirs des populations les plus défavorisés du pays, qui s’attendent à pouvoir bénéficier des retombées de la production pétrolière. Mais, le défunt président a aussi toujours insisté sur l’importance de la stabilité politique, dans une région, souvent, en proie à des troubles. Le Ghana a connu des élections démocratiques, à quatre reprises, depuis le dernier coup d’Etat militaire, en 1981. John Atta Mills avait remporté l’élection présidentielle de 2008, après deux tentatives infructueuses.

Sambou BIAGUI

REWMI QUOTIDIEN

À voir aussi

Golf Sud : une élève en classe de 1ère violée par le mari de sa copine

Une lycéenne de 20 ans, a été violée par le mari de sa camarade de …

La Korité (Aïd al-Fitr) fêtée ce lundi 3 juin au Mali

L’Aïd al-Fitr ou Korité, qui marque la fin du mois de jeûne musulman du ramadan, …