Accueil / POLITIQUE / Décisions du Conseil Constitutionnel Paris et Washington taclent les 5 sages

Décisions du Conseil Constitutionnel Paris et Washington taclent les 5 sages

Comme nous l’écrivions, la France et les Etats-Unis ont les yeux rivés sur le Sénégal, avec la situation qui prend, de plus en plus, une tournure qui s’annonçait, déjà. Les deux pays ont fini par réagir, suite à la décision du Conseil constitutionnel, validant la candidature de Wade et invalidant d’autres, comme celle de Youssou Ndour. «La France regrette que toutes les sensibilités politiques ne puissent être représentées à la prochaine élection présidentielle sénégalaise, après la confirmation, notamment, de l’exclusion du chanteur Youssou N’Dour», a déclaré, hier, Alain Jupé, le ministre français des affaires étrangères, avant que le porte-parole du même ministère, Bernard Valero ne dise son extrême préoccupation par la mise en garde à vue des membres du M23 [opposition], notamment, celle de son leader, M. Alioune Tine, également, président de la Rencontre africaine pour les droits de l’homme [RADDHO], survenue samedi 28 janvier. Aussi, annonce-t-il que [La France] étudiera, avec la plus grande attention, les observations que fera la mission de l’Union européenne, sur le processus de validation de ces candidatures.

Washington rejette la candidature de Wade

Outre la France, les Etats-Unis veillent au grain et rejettent la décision du Conseil Constitutionnel qui pourrait mettre le pays en péril. «Nous sommes préoccupés par le fait que la décision du président Wade, de solliciter un troisième mandat (…), pourrait mettre en péril la démocratie, le développement démocratique et la stabilité politique que le Sénégal a bâtis, sur le continent, au cours des décennies», a déclaré, lundi, William Burns, secrétaire d’Etat adjoint américain. Pour rappel, la candidature d’Abdoulaye Wade, en vue d’un troisième mandat, de l’élection présidentielle, prévue le 26 février, validée, vendredi, par le Conseil constitutionnel, avait suscité la colère de l’opposition et provoqué des violentes émeutes. Confirmée, malgré les recours déposés par certains leaders d’opposition dont Macky Sall, la candidature de Me Wade, a, après une journée calme, instruit des incidents dans différentes villes dans le pays, faisant deux morts à Podor et plusieurs autres blessés, par balles.

Albert Bourgi : «il n’y aura pas d’élections dans ces conditions»

Albert Bourgi, Professeur de droit public, à l’université de Reims et spécialiste en politique africaine, est d’avis que les 5 sages du Conseil constitutionnel sénégalais ont, totalement, failli à leur mission. Selon lui, le rejet de la candidature de Youssou Ndour et le maintien de celle d’Abdoulaye Wade «relèvent d’une vaste mascarade électorale».

Au niveau national, le M23 qui a appelé à la résistance, organise un rassemblement, ce mardi, à 15 heurs, à la place de l’Obélisque. Les leaders de ce mouvement restent convaincus que Me Wade ne veut pas passer la main, quitte à provoquer l’embrasement du pays qu’il dirige, épargné, jusque-là, par les coups d’Etat et autres violences, depuis la fin de l’ère coloniale.

Dans un communiqué, le M23, a qualifié la décision du Conseil de putsch constitutionnel, prélude à ce qui sera un «putsch électoral». Aussi, ce mardi risque-t-il d’être de tous les périls.

Sambou BIAGUI


À voir aussi

Plaidoirie des avocats La défense de Khalifa démonte le réquisitoire du parquet puis demande la relaxe

Tour à tour, les avocats de Khalifa Sall et ses co-prévenus se sont attaqués au …

Présidentielle 2019 Macky lance sa campagne électorale

Le Président de la République Macky Sall séjourne, du 19 au 20 février, dans les …