ACTUALITE

DÉCLARATION DE MACKY SUR RFI- Fin de l’affaire Karim ou fin de la traque ?

  • Date: 3 juin 2016

Le président de la République, Macky Sall, s’est prononcé, hier, sur RFI pour laisser entendre ou sous-entendre que la libération de Karim Wade pourrait intervenir avant la fin de l’année.

En fait, il n’a fait que confirmer ce que tout le monde savait : des négociations entre Me Wade et le président sur l’élargissement de Karim et bien d’autres sujets. On peut alors dire, sans ambages, que l’affaire Karim Wade sera bientôt classée dans les archives de l’histoire. D’aucuns diront d’ailleurs qu’il en est ainsi pour toutes les questions impliquant des hommes politiques. En dehors du long emprisonnement de Mamadou Dia, nombre de nos hommes politiques ne font que de brefs séjours en prison, le temps de bénéficier d’un capital de sympathie qui les aide, en général, grandement, dans la suite de leurs carrières.  Karim n’échappera pas à la règle. Son cas, qui a mobilisé toute la République, est en train de connaitre la même décrispation que toutes les autres précédentes dont l’une des plus retentissantes est l’emprisonnement de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck.

C’est tant mieux si le Sénégal est capable de se laisser tenir en haleine par des feuilletons politico-judiciaires pendant un bon  bout de temps et finir par les oublier après quelques acrobaties judiciaires dont seul le droit a le secret. C’est donc pour bientôt, la fin de l’affaire Karim Wade. Toutefois, les Sénégalais sont en droit de se demander si ce sera la fin de la traque des biens mal acquis. Cette question est d’autant plus pertinente, que la lutte contre la prévarication de hauts cadres ayant assumé des fonctions importantes est une demande sociale. Mieux, c’est une promesse de campagne. Mais, malheureusement, les choses avaient été très mal engagées. Le fait de réactiver la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a été une grave erreur. Ce tribunal d’exception recèle des tares congénitales qui font qu’il est attentatoire aux droits fondamentaux liés à la présomption d’innocence et à la liberté de la défense.

Il s’y ajoute que les attentions ont été tellement focalisées sur Karim Wade que les poursuites ont fini par être sélectives et l’opinion de croire à un règlement de compte politique. C’est pourquoi, la fin prochaine de l’affaire Karim Wade va augurer, prochainement, de la fin de la traque des biens mal acquis telle qu’engagée par les nouvelles autorités de ce pays. La libération subite des compagnons de Karim rend compte d’un malaise en haut lieu. Et le fait que Macky parle de Wade et de l’affaire Karim avec un soulagement aussi visible explique qu’il avait secrètement souffert d’une situation dans laquelle ses conseillers l’avaient engagé.

Entendons-nous, bien, il ne s’agira nullement de mettre fin à la poursuite de personnalités publiques impliquées dans des actes de corruption ou délits assimilés. Les tribunaux vont continuer à faire leur travail comme cela a toujours été le cas. Le Parquet a, de tout temps, traqué les malfaiteurs y compris à col blanc. Ce qui avait changé, c’est qu’elle avait été érigée en programme de gouvernement, alors qu’il s’agit de l’exercice normal d’une des prérogatives du Procureur général et de ses subordonnés. Comme quoi, il faut laisser à la justice le soin de faire son travail, réformer ou dissoudre la Crei qui risque de devenir, maintenant, le tribunal le plus impopulaire et le plus désert du Palais de Justice. Et pour cause !

Assane Samb

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15