Confidences

DÉCLARATIONS D’UNE JEUNE FILLE DÉSESPERÉE « Mon oncle maternel m’a violé à trois reprises »

  • Date : 20 juillet 2016

Le juge du Tribunal des flagrants délits de Dakar a ouvert, hier, l’affaire de la jeune fille qui serait victime de viol, à trois reprises, de la part de son oncle maternel. Cependant, l’audience a été finalement renvoyée jusqu’au 26 juillet prochain pour la production de l’acte de naissance de la fille. Retour sur le film des événements.  

Une jeune fille a attrait, hier, à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar son oncle pour viol. Selon la victime, son oncle maternel l’a violée à trois reprises. Vu la gravité des faits, le tribunal a renvoyé l’affaire jusqu’au 26 juillet prochain pour produire l’acte de naissance de la fille. En attendant le jour du procès, votre canard préféré revient sur les faits. En effet, tout est partie de la plainte formulée  par le sieur Babacar  Dièye domiciliée à Keur Massar, au quartier Darou Michel, contre le sieur Baba Faty. Dans sa plainte, le sieur Dièye a joint un certificat médical délivré par un médecin en service à l’hôpital Dominique de Pikine et qui atteste que la fille a été victime de viol. Entendu par les enquêteurs, Babacar Dièye a déclaré que la fille vivait chez sa mère après leur divorce, en 2009. Mais de temps en temps, la jeune fille venait passer quelques jours avec son papa. « Lorsqu’elle est venue chez moi, j’ai constaté que tout n’allait pas bien chez elle. C’est ainsi que j’ai décidé, par le biais de ma sœur, de l’amener dans un district sanitaire de la place. Après consultation, le médecin a conclu que ma fille n’était plus vierge. Soumise au feu roulant des questions, elle m’a révélé qu’elle a été victime de viol, à trois reprises, de la part de son oncle maternel », narre le plaignant.

L’audience a été renvoyée, jusqu’au 26 juillet, pour la production de l’acte de naissance de la fille

Interrogée, à son tour, par les enquêteurs, la victime âgée simplement de 16 ans a indiqué que les faits remontent en 2013. À l’en croire, ses parents avaient divorcé et elle a décidé d’aller vivre  chez sa mère. Cependant, sa mère travaille à la gare des Beaux Maraîchers et elle revient à la maison un peu après 19 heures. Sur ce, la jeune fille restait dans la maison avec sa grand-mère, ses deux petites sœurs et son oncle maternel. Profitant de l’absence de sa sœur, le mis en cause ne cessait de proposer à la fille de coucher avec lui. « Pour la première fois, mon oncle m’avait envoyé à la boutique pour que je lui achète une boîte d’allumettes. À mon retour, grande a été ma surprise lorsqu’il m’a forcé de le rejoindre sur la terrasse. Et là, il me l’a fait à deux reprises. C’est ce qui explique le fait que j’ai quitté la maison pour aller rejoindre mon père », déclare la fille.

Il faut dire que, depuis cette affaire, la vie de la petite est devenue un cauchemar. Son oncle maternel a fait d’elle son objet sexuel. Agé de 36 ans, le mis en cause a tout simplement nié les faits. Mieux, déclare le prévenu, il n’était même pas au courant de cette affaire avant qu’il ne soit avisé, le vendredi 8 juillet dernier. « Lorsqu’on m’a  avisé de ce terrible événement, c’est comme si le monde s’effondrait autour de moi. Je leur ai dit que je n’étais pas au courant et je ne serais jamais capable de commettre un tel forfait envers ma propre nièce », se défend le mis en cause.

Toutefois, il doit apporter la preuve de ses dénégations,  le 26 juillet prochain, jour du procès. Il faut dire que l’audience a été renvoyée pour la production de l’acte de naissance de la jeune fille.

Cheikh Moussa SARR

Les Plus Populaires
Les plus commenté
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15