ACTUALITE

DÉFAITE DU ‘’NON’’ Idrissa accuse Macky

  • Date: 23 mars 2016

Au lendemain de la publication des résultats provisoires du référendum du 20 mars, Idrissa Seck a rencontré la presse, ce mardi, pour analyser les raisons de la défaite du camp du Non.
Dans son analyse, le président du Conseil départemental de Thiès  n’y est pas allé par quatre chemins pour imputer leur défaite au camp présidentiel. D’une manière générale, Idrissa Seck estime que « la très vieille démocratie sénégalaise, qui est le bien le plus précieux de ce pays, ne sort pas grandie de cette élection, à cause de la manière dont le régime de Macky Sall a mené́ et géré ce référendum ». Parmi les raisons de la défaite du camp du Non conduit par l’opposition, il cite la « précipitation et le manque de concertation » qui a fait que l’opposition a été prise au dépourvu. Le président de Rewmi dénonce également l’achat de conscience mais également le « chantage exercé par le Président en personne sur des Maires, des élus et notables ». La non-délivrance de cartes d’électeur qui a privé près de 200 mille citoyens de leur droit de vote, est indexée de même que la supposée « corruption de certains médias et l’intimidation honteuse sur les plus résistants ».
À ce propos, Idrissa Seck soutient que « pour défendre la liberté d’expression en France, le chef de l’État s’est précipité à Paris pour arborer son ”Je suis Charlie” alors qu’ici, il piétine cette liberté de presse au moyen de la corruption et de l’intimidation ». Cependant, selon les explications du leader de Rewmi, ces irrégularités ont desservi le camp du Non mais elles n’ont pas servi à grand-chose pour le camp du Oui. « Malgré toutes ces manipulations et irrégularités, le Président et son clan ont connu l’échec le plus retentissant de toute l’histoire référendaire du Sénégal depuis l’indépendance », assène Idrissa Seck qui fait allusion au faible taux de participation. Tout en soulignant que « les référendums ont toujours connu de Senghor à Wade une belle série d’unité », il rappelle que le référendum de 1963 avait enregistré un taux de participation de 94% avec un score du Oui de 99,45%.  Celui de 1970, 95,2 % comme taux de participation avec 99,96% pour le Oui. Plus récemment, poursuit le rewmiste, en 2001, sous Wade, le taux de participation était de  65,74% et 94 % de Oui. « Avec Macky Sall, au regard des chiffres annoncés par les tendances les plus optimistes, 2 électeurs sur 3 ne se sont pas déplacés et le Oui se glorifie d’avoir seulement un votant sur 2 », constate-t-il.
Pis, selon l’analyse d’Idrissa Seck, « en seulement 4 ans d’exercice du pouvoir, l’électorat du Président Sall s’érode de moitié ». La preuve, « en mars 2012, 1.909.244 électeurs ont voté pour lui et en mars 2016, 710.000 d’entre eux lui ont tourné le dos. Seulement 1.200 000 lui ont dit Oui. C’est sur cela qu’il doit méditer. Les raisons de cette érosion sont connues de tous. À son incompétence et son déshonneur, il veut maintenant s’ériger en tyran allergique à toute contestation ou opposition sérieuse », conclut M. Seck. S’agissant du faible taux de participation, le patron de Rewmi soutient que « la loi constitutionnelle votée dans de telles conditions, avec une aussi faible participation des citoyens, et à une majorité aussi étriquée,  est peut-être légale, mais elle n’est point légitime ». Car, poursuit-il, « la Constitution, qui est le contrat de base de la société́, doit toujours recueillir le consensus absolu ou à̀ tout le moins le plus large possible. »

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15