opposition_

DÉMARRAGE DU DIALOGUE NATIONAL SUR LE FICHIER ÉLECTORAL- L’OPPOSITION EN RANG DISPERSE

Les partis de l’opposition ne sont pas parvenus hier à un consensus autour de leurs dix plénipotentiaires devant être envoyés aux concertations nationales sur le fichier électoral qui devaient officiellement démarrer ce lundi 13 juin,. Ils ont ainsi déposé deux listes de dix plénipotentiaires au ministère de l’Intérieur.

Prévu pour ce jour, mardi 14 juin, le démarrage des travaux de concertation sur le fichier électoral pourrait connaitre un report de quelques jours. Les partis de l’opposition ne sont en effet pas parvenus hier, lundi 13 juin, à un consensus autour du choix de leurs dix plénipotentiaires à cette rencontre. Il s’agit d’une part des formations politiques, membres de la coalition “Gor ca wax ja” et d’autre part du bloc formé par le Mouvement des patriotes pour le développement (Mpd/Liggeey) de Aliou Sow,  l’Union nationale pour le peuple/Bokk-jëmú (Unp) de Souleymane Ndéné Ndiaye et Les démocrates réformateurs (Ldr/Yeesal) de Modou Diagne Fada. Se réclamant chacun du pôle de l’opposition, ces deux blocs ont ainsi décidé de déposer séparément leurs listes de plénipotentiaires à la rencontre de ce jour.

En effet, le bloc de la coalition de l’opposition formée par le Mouvement des patriotes pour le développement (Mpd/Liggeey), de l’Union nationale pour le peuple/Bokk-jëmú (Unp) et Les démocrates réformateurs (Ldr/Yeesal), accuse leurs camarades de la coalition “Gor ca wax ja” de les exclure et de vouloir s’accaparer de l’opposition. “Il n’y a pas eu suffisamment de concertation. La coalition “Gor ca wax ja” pense que c’est elle seule qui représente toute l’opposition mais elle se trompe pour la simple raison qu’il y a des partis qui ne sont pas de cette coalition et qui sont dans l’opposition”, renseigne une source proche de ce nouveau bloc de l’opposition qui informe par ailleurs de son lancement officiel dans cet après midi à la suite d’une réunion prévue chez l’ancien Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye.

“Nous allons nous retrouver pour lancer officiellement une nouvelle coalition de l’opposition. Déjà, ce matin, (ndlr hier, ) nous étions au ministère de l’Intérieur et nous avons déposé la liste de nos dix plénipotentiaires. Dans cette nouvelle coalition de l’opposition, on a le Mouvement des patriotes pour le développement (Mpd/Liggeey)de Aliou Sow,  l’Union nationale pour le peuple/Bokk-jëmú (Unp), le Parti Ngalu Sénégal du docteur Boubacar Dankoko, le parti Synergie pour le progrès et la démocratie (Spd) de Matabara Diop, ex-directeur du Coud, l’Union nationale patriotique (Unp) de Moctar Sourang, Les Ldr/Yeesal de Modou Diagne Fada  et aussi d’autres partis”.

Toutefois, du coté de la coalition “Gor ca wax ja”, on réfute l’existence d’un autre bloc de l’opposition. Selon Abdoulaye Seck, administrateur de Bokk Gis Gis, “L’opposition n’est pas du tout divisée. Le choix des dix plénipotentiaires et leurs suppléants a été fait de manière consensuelle au cours d’une réunion qui a réuni toutes les formations qui ont fréquenté un temps soit peu les réunions de l’opposition de 2012 à nos jours. Maintenant, tous ceux qui n’ont pas fréquenté l’opposition de 2012 à maintenant, nous ne pouvons pas aller taper chez eux pour leur demander de venir intégrer les rangs de l’opposition. C’est donc faux que de dire l’opposition est divisée”, défend Abdoulaye Seck.

Poursuivant son propos, le responsable de Bokk Gis Gis n’est pas d’ailleurs allé par quatre chemins pour disqualifier Modou Diagne Fada et Aliou Sow. “Jusqu’à preuve du contraire, Fada est du Pds dans le sens ou son parti n’a pas encore de récépissé. Et le Pds a son représentant dans le groupe. S’agissant d’Aliou Sow, rien ne nous dit qu’il est dans l’opposition d’autant plus qu’il n’a jamais pris part à une activité encore moins participé à une réunion de l’opposition de 2012 jusqu’à l’heure ou je vous parle ». Au final, l’administrateur de Bokk Gis Gis a dit comprendre le scenario qui se cache derrière cette seconde liste. En effet, pour lui, c’est juste une stratégie pour dire que l’opposition ne parvient pas à s’entendre afin de retarder ces échéances.

Sud quotidien

Voir aussi

telechargement-2

FINANCEMENTS DES FEMMES DE L’ÉMERGENCE L’Assemblée nationale adoube Moustapha Diop

  La démarche charrie beaucoup de commentaires de la part de ceux qui y voient …