ACTUALITE

Démarrage du procès de Hissène Habré aujourd’hui La salle 4 du palais de Dakar sous haute sécurité

  • Date: 20 juillet 2015

 Le procès de l’ancien Président tchadien, Hissène Habré, s’ouvre, ce lundi, à Dakar. A cette occasion, un important dispositif sécuritaire a été constaté à la salle 4 du palais qui doit abriter l’audience. Il s’agit de l’installation de deux scanners et quatre portiques. A cela s’ajoute la vérification des sacs pour voir ce qu’il y a dedans.

Le procès de l’ancien Président Tchadien, Hissène Habré s’ouvre ce matin à Dakar. En effet, la salle du palais de justice de Dakar qui doit abriter ledit procès est sous haute sécurité. C’est dans ce cadre que les organisateurs ont choisi l’option de mettre en place un système d’accréditation pour filtrer le maximum des entrées. Ce système de sécurité permettra d’abord d’accueillir et la presse et les autres participants. Il sera assuré par un  détachement de la gendarmerie d’abord à l’entrée du palais de Justice. Et, la deuxième phase du dispositif sécuritaire est l’installation de deux scanners et quatre portiques. A cela s’ajoute une vérification des sacs pour voir ce qu’il y a dedans. Il faut dire que des gendarmes seront postés dans des différents points et à partir de 9heures 30 minutes aucune personne ne sera admise dans la salle qui, sera ouverte à partir de 08 heures. S’agissant de la cérémonie d’ouverture, elle verra la participation des officiels notamment l’ambassadeur des Etats Unis, l’ambassadeur de la Grande Bretagne. A cela s’ajoute les officiels Tchadien avec l’arrivée du ministre de la Justice, du ministre de l’information, du président de la Cour d’appel de Ndjamena, du procureur général près de la Cour d’appel de Ndjamena et d’autres hauts fonctionnaires. Les Chefs de juridiction du Sénégal, les responsables d’organisation de défense des droits de l’homme et le barreau sénégalais prendront également part à cette rencontre.

« Le régime de Habré a fait plus de 40.000 morts »

Hissène Habré, au pouvoir entre 1982 et 1990, est poursuivi pour des faits commis entre le 7 juin 1982 et le 1er décembre 1990, date de la chute de son régime. Il se trouvait depuis en exil au Sénégal. Il a été inculpé par les Chambres africaines extraordinaires (CAE), une juridiction spéciale créées au sein de la justice sénégalaise pour le juger. Les CAE ont démarré leurs activités en février 2013. Incarcéré d’abord Pavillon spécial de l’Hôpital Aristide Le Dantec, il a été depuis transféré à la prison du Cap Manuel, dans une cellule spéciale. En août 2012, le Sénégal s’était accordé avec l’Union africaine (UA) pour organiser le procès de M. Habré devant un tribunal spécial au sein du système judiciaire sénégalais, présidé par des juges africains nommés par l’organisation continentale. Selon une commission d’enquête tchadienne, le régime de Habré a fait plus de 40.000 morts parmi les opposants politiques et certains groupes ethniques. Une centaine de témoins et de représentants des parties civiles, des experts (graphologues, médecins-légistes, anthropologues, militaires) sont attendus au procès, a indiqué, hier, le chargé de communication des Chambres africaines extraordinaires (CAE).

Cheikh Moussa SARR

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15