Accueil / SOCIETE / Démolition de la maison de couture Keyfa- Quand un Pakistanais brave impunément nos lois

Démolition de la maison de couture Keyfa- Quand un Pakistanais brave impunément nos lois

Au numéro 30 de la Rue de Thiong, sur le site du célèbre Métissacana, haut lieu culturel du début des années 2000, se joue un dangereux scénario juridico-immobilier. Selon Dakarposte, il s’agit d’un litige foncier qui oppose la propriétaire de l’immeuble et ses locataires installés là depuis 20 années. Aly Ramzan, promoteur pakistanais qui s’est accaparé du site ; en contravention totale vis-à-vis de nos lois, y sème la terreur sur les ayants-droit et sur la Maison de Couture Keyfa qui y loge son showroom.

Une histoire surréaliste qui nous interroge sur la capacité qu’ont certaines communautés à ne montrer aucune considération pour nos lois et les décisions juridiques prises en leurs noms. Récit d’un imbroglio juridique où l’impuissance le dispute au scandaleux. Tout débute il y a un peu plus de 10 ans lorsque Madame F. K. Niang prend en location auprès de la dame Thiaba Paye, propriétaire de l’immeuble en question, un espace pour y installer un magasin qui servira plus tard de showroom à son fils Bathie Dioum, styliste, qui y crée sa maison de couture dénommée Keyfa, célèbre dans le monde entier, habillant Chefs d’état et hommes d’affaires africains.

Entre propriétaire et locataire, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, sans anicroche ni problèmes. Nous sommes entre personnes civilisées, respectueuses des us et coutumes de notre terroir. Mais le 8 juillet 2014, tout bascule lorsqu’un homme nommé Aly Ramzan qui se fait établir une promesse de vente de l’immeuble « Le Métissacana » pour un montant de 215 millions dont il n’honore alors que le versement de 60 millions. Depuis lors, plus rien ne s’ajoute à cette somme. De plus il y entrepose ses marchandises et y loge son personnel sans pour autant en être propriétaire, et tente sans succès d’encaisser les loyers des magasins qui sont dans cet espace. Plusieurs rappels de la famille Paye se succèdent sans aucun effet. Et pire, le sieur Ramzan Aly commence des travaux en empiétant sur le magasin de monsieur Bathie Dioum et son Salon de Couture Keyfa, lequel introduit auprès du propriétaire, madame Paye, une demande de réfection de son salon de couture. Ce qu’elle lui accorde le 4 octobre 2016.

Mais déjà, entre Ramzan et les locataires, le torchon brûle. Il bloque les travaux de rénovation de la maison de couture Keyfa, fait usage de gourdins et même d’un fusil pour empêcher son accès aux ouvriers, se comportant comme le propriétaire des lieux. Notre homme qui se vante auprès du voisinage d’être couvert et intouchable du fait de ses relations, détruit les travaux de madame Niang et de son fils Pape Ibrahima Dioum, frère de Bathie le styliste.  Une plainte est alors déposée contre lui pour menaces, voie de fait, destruction d’espaces bâtis appartenant à autrui et coups et blessures. Le 9 mai 2017, Aly Ramzan est condamné par les tribunaux à 3 mois de prison avec sursis, une amende ferme de 100.000 francs et à verser 2 millions de dommages et intérêts aux sieurs Pape Ibrahima Dioum et Ahmed Tidiane Mar pour coups et blessures ayant entraîné une ITT de 15 jours. Tout cela sans suite et sans aucun début d’exécution de sa part, dans un total mépris de nos institutions. Ce qui conduit la famille Paye et la propriétaire de fait, Thiaba Paye, à résilier ce 26 septembre 2017 l’acte de promesse de vente aux motifs que, documents officiels à l’appui, Monsieur Aly Ramzan a détruit certaines parties du bâtiment sans l’assentiment des propriétaires, qu’il a verrouillé les accès de ce bâtiment à la famille Paye et à ses représentants, aux locataires, et même aux hommes de loi qu’à l’occasion il insulte copieusement, se vantant toujours d’être couvert.

Et enfin, qu’il a détruit les travaux entrepris par Madame Niang pour la Maison de Couture Keyfa. Trop c’est trop, et la famille Paye, par la voie de son représentant, a donc tout simplement décidé d’annuler la transaction de vente du Métissacana, d’autant que depuis 2014, M. Ramzan n’en a respecté aucun des termes. Pour l’heure, notre homme continue de détruire la Maison de Couture Keyfa, en a pulvérisé la toiture et ce, nuitamment, au grand dam des riverains qu’il continue à terroriser. Monsieur Ramzan, contacté par nos soins, n’a pas souhaité répondre et s’en est remis à son avocat conseil.

Mamadou NDIAYE

À voir aussi

Procès- Me Mbaye Sène, avocat de Khalifa Sall : « tous les jours, le procureur vise des documents sur la base de fausses informations, et pourtant… »

REWMI.COM- Le procès de Khalifa Sall et Cie se poursuit ce mercredi. Ses avocats sont …

Scandale sexuel à Oxfam L’ONG présente ses excuses !

L’ONG britannique Oxfam a présenté ses excuses au peuple haïtien pour les dérives sexuelles de …