Accueil / ACTUALITES / Au dernier jour de procès, «Khalifa Sall doit être condamné», pour le parquet
Khalifa Sall lors de son procès à Dakar au Sénégal, le 13 février 2018. © RFI/Guillaume Thibault

Au dernier jour de procès, «Khalifa Sall doit être condamné», pour le parquet

Ce vendredi 23 février est normalement le dernier jour du procès de Khalifa Sall. Le député-maire de Dakar est soupçonné de détournements de derniers publics. Pour ses avocats, aucun acte illégal n’a été commis. Le parquet a requis 7 ans de prison et 5,5 milliards de francs CFA d’amende. Depuis jeudi 22, la dernière phase du procès est consacrée aux répliques, ultimes prises de parole de toutes les parties. Jeudi, l’État ; vendredi 23 après-midi, la défense de Khalifa Sall ; et le matin, c’est le procureur qui a eu la parole.

Nouvelle et dernière journée du procès de Khalifa Sall, le député maire de Dakar, vendredi 23 février. Pourquoi requérir à nouveau alors que sa culpabilité est évidente ? Réflexion affichée par le procureur Bassirou Gueye quand il prend la parole : « après avoir entendu la défense, j’avais estimé que ma mission était accomplie ».

« Félicitations à l’État, félicitations à moi-même » enchaîne le procureur, qui reprend d’ailleurs les propos de l’agent judiciaire de l’État : « Les arguments donnés par la défense en dernier espoir de cause M. le président tendent à renforcer les accusations ».

« La défense dit [que] le dossier est vide », explique Bassirou Gueye. « Il faut être sérieux, les infractions sont constituées ; comme dit l’autre : dans le cochon, tout est bon. Sur les factures qui ont permis de décaisser les fonds : Khalifa Sall a signé le mandat, c’est du faux, il est coupable. »

Le procureur revient sur les critiques de la défense à son encontre : « On me dit : pourquoi vous n’avez pas arrêté les anciens maires de Dakar. Pour deux raisons : Les faits sont prescrits et je n’ai pas reçu, comme pour cette affaire, de rapport de l’Inspection générale d’État demandé par le président de la République ».

Bassirou Gueye enchaîne avec une pointe d’humour « On me parle de Senghor. Pourquoi il n’est pas ici, franchement je ne sais pas… »

Debout dans une salle silencieuse le procureur conclut : « Il manque un milliard et quelque dans les caisses de l’État et il, Khalifa Sall, doit être condamné ».

Guillaume Thibault RFI

À voir aussi

Consulat du Sénégal à Marseille : Bineta Wagué nommée conseiller

La journaliste Bineta Wagué, Conseillère technique en communication à la Primature vient d’être promue. Elle …

CNG : Une marche nationale pour le départ d’Alioune Sarr

Le Collectif des lutteurs ne lâche pas Alioune Sarr. Une marche nationale sera organisée le …