VIDEOS

Des militaires français accusés de pédophilie au Burkina Faso, Le père d’une victime Témoigne

  • Date: 3 juillet 2015

Le parquet de Paris a confirmé au Monde l’ouverture, mardi 30 juin dans la soirée, d’une enquête préliminaire sur des soupçons d’agressions sexuelles sur mineur par des soldats français en mission au Burkina Faso.

L enquête a été confiée au commandement de la gendarmerie prévôtale, chargée du rôle de police judiciaire militaire auprès des forces armées françaises hors du territoire français. Le ministère de la défense a annoncé mardi soir avoir suspendu deux soldats français soupçonnés de s’être livrés la veille à des « actes à connotation sexuelle » sur deux enfants dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

« Informé de ces soupçons, le ministre de la défense a immédiatement signalé les faits allégués aux autorités judiciaires françaises compétentes (…). Il a également suspendu les deux soldats », précise le ministère dans une déclaration écrite transmise à l’AFP.

Deuxième affaire après la Centrafrique

Environ 220 soldats français sont stationnés au Burkina Faso dans le cadre de l’opération de lutte antiterroriste Barkhane qui couvre cinq pays du Sahel, du Mali au Tchad. La décision de rendre l’affaire publique de même que la suspension quasi immédiate des deux soldats, pour l’heure seulement suspects, sont aux antipodes du traitement réservé au premier scandale de viol sur mineurs, qui a écorné l’image de l’armée française, après les accusations portées contre des militaires de la force Sangaris en Centrafrique.

Selon une source judiciaire, 14 militaires français ont été mis en cause dans cette dernière affaire, dont trois sont identifiés, par les témoignages de six enfants âgés de 9 à 13 ans dénonçant des faits commis au début de l’opération Sangaris entre fin 2013 et fin mai-début juin 2014. Des juges d’instruction enquêtent depuis mai 2015 sur ces accusations.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15