IMG_4550

ÉMERGENCE DES PME NATIONALES- Le Meds invite l’État à la formulation d’un «Small Business Act»   

 Après Paris, Dakar abrite, depuis hier,la 4e édition des Rencontres Internationales du Droit des Affaires en Afrique (Ridaa). Organisées par le Mouvement des entreprises du Sénégal (Meds), en partenariat avec le Cabinet Lazareff LE Bars, les Ridaa 2016ont accueilli d’éminents économistes, juristes,professionnels du droit, des chefs d’entreprises et des personnalités politiques du gotha mondial, venus échanger sur les défis de l’économie africaine, en présence d’experts de renom. La rencontre de Dakar est placée sous le signe d’une Afrique en pleine croissance.

L’Afrique n’est plus seulement le continent des matières premières. Avec une classe moyenne, en plein essor et des professionnels de plus en plus compétents, le Continent noir a d’excellents atouts pour revaloriser l’écosystème de ses entreprises. Aussi,le président du Meds voit-il en l’Afrique le continent le plus prometteur du 21esiècle.De plus, ajoute Mbagnick Diop, l’Afrique est aujourd’hui le continent qui possède le taux de retour sur investissement le plus élevé au monde. En effet, précise-il, dès 2010, la Banque mondiale a évalué ledit taux en Afrique, entre 24 et 30%, contre 16 et 18% pour les pays développés. Mieux, soutient M. Diop, «pour des niveaux de risques acceptables, l’Afrique observe des rentabilités deux fois supérieures à des économies développées».L’environnement des affaires a donc beaucoup bougé dans de nombreux pays d’Afrique, lesquels ont lancé des projets pour l’accompagnement d’activités innovantes ou infrastructurelles. Fort de tout cela, Mbagnick Diop juge juste et judicieux, le choix du Sénégal pour abriter ces Ridaa 2016.En réalité, notre pays offre d’amples opportunités au monde des affaires. «Avec un taux de croissance à la hausse, depuis2014, le Sénégal devrait enregistrer un formidable taux de croissance de 6, 5%, selonle Fmi, en 2016», a-t-il expliqué.

Mieux, il rappelle le rapport «Doing Business 2015» de la Bm, classant le Sénégal parmi les 10 premiers pays ayant le plus amélioré leur réglementation des affaires, parmi les 189 économies étudiées. Convoquant toujours ce rapport, le patron du Meds fait remarquer que le Sénégal a mis en œuvre des réformes dans six des dix domaines suivis par l’étude, soit le plus grand nombre de réformes en 2015. «Grâce à ces réformes, le Sénégal réduit progressivement, l’écart avec les meilleures pratiques observées au niveau international. Par exemple, en 2005, l’importation de marchandises Outre-Mer prenait 27 jours. Aujourd’hui, 14 suffisent, soit autant qu’en Pologne», argumente-t-il. Poursuivant, le président du Meds brandit notre stabilité politique et institutionnelleenviée,ainsi qu’un environnement des affaires de plus en plus «business friendly», pour reprendre les propos des Américains. Sous ce rapport, il invite l’État à encourager l’innovation locale et l’émergence de véritables champions nationaux, en s’inspirant du modèle américain. «J’appelle de mes vœux, les autorités publiques à travailler sur la formulation d’un ”Small Business Act”, pour le succès des Pme nationales», a-t-il lancé.

Donnant l’exemple des États-Unis, il révèle que le «Small Business Act» réserve entre 30 et 40% de l’achat public américain aux Pme nationales. À l’en croire, cette  initiative «courageuse» contribue à soutenir, de façon simple et efficace, les entreprises américaines et leur tissu industriel. En fait, Mbagnick Diop est convaincu que les Pme sont l’une des principales sources de création de richesses au Sénégal, même si, l’œil de l’entrepreneur en bandoulière, il ne taira pas les difficultés que rencontrent  l’Afrique et le Sénégal. « D’abord,nos marchés sont trop étroits pour pouvoir rentabiliser de très grands projets et l’innovation est encore trop timide dans les économies africaines», dissèque-t-il.C’est donc, sur le sillage d’un tableau contrasté de l’avenir des affaires en Afrique que s’inscrit la cuvée 4 des Ridaa 2016,avec, espère-t-il, des réponses efficaces pour l’environnement des affaires dans le Continent noir.

Mouhamadou BA

Voir aussi

dionne-valls

FINANCEMENT DU PLAN SENEGAL EMERGENT 317 MILLIARDS DE F CFA D’APPORT DE LA FRANCE DEPUIS 2014

Le Premier ministre français Manuel Valls, en visite à Dakar depuis  jeudi,  et son homologue …