Accueil / ACTUALITES / Désaccord au sein de l’opposition : L’Afp décide de participer aux élections locales

Désaccord au sein de l’opposition : L’Afp décide de participer aux élections locales

L’Alliance des forces du progrès (Afp) va se lancer à la conquête de la commune d’arrondissement de point E-fann –Amitié.C’est la principale information tirée du petit-déjeuner de presse organisé samedi dernier à Dakar, par MM Denise d’Erneville membre du bureau politique de ce parti à son domicile. Une détermination qui s’inscrit en faux contre la volonté de certains partis du Front siggil Sénégal (Fss) auquel appartient l’Afp.

Source : Le Matin
Contrairement aux élections législatives, le boycott des locales ne sera pas effectif au sein de l’opposition dite radicale réunie au sein du Fss. Appartenant à l’Afp qui est une formation politique affiliée au Front siggil Senegal Mme Denise d’Erneville est à la conquête de sa commune d’arrondissement. Ceci semble paradoxal au moment où le front auquel appartient son parti est dans une logique d’opposition farouche. Après avoir boycotté les législatives passées, les prochaines sénatoriales, force est de constater que l’Afp participera aux élections locales.

Or, dans le Front siggil Sénégal même si certains partis comptent aller jusqu’au bout de leur logique en boycottant les élections locales, l’AFP n’aborde pas la question dans le même le sens. L’organisatrice de cette rencontre a levé l’équivoque en affirmant que l’Afp participera bel et bien aux élections municipales et qu’elle est même candidate pour la mairie de Dakar. Mme Denise d’Erneville a aussi abordé les questions liées à la demande sociale. Elle peint un tableau sombre des conditions de vie des populations dans le milieu urbain. Elle a décrié le mal-vivre des Sénégalais et la pauvreté galopante qui s’installe dans les foyers. Selon elle, la flambée des prix de consommation, la cherté des médicaments, le prix élevé du loyer entre autres sont dus au train de vie élevé de l’Etat avec des dépenses somptueuses qui se comptent à coup de milliards. Mme Derneville a aussi évoqué l’indigence qui sévit dans les bidonvilles. « La voie publique est transformée en dortoir » et le centre-ville garde encore des canaux à ciel ouverts qui dégagent une odeur nauséabonde indigne d’une capitale.

D’après elle, le paradoxe est énorme et en déphasage avec les conditions de vie de la plus grande majorité de nos concitoyens. Elle s’est posée la question de savoir à quoi servent ces échangeurs si les populations n’ont pas d’électricité et n’ont pas accès aux soins, ne mangent pas à leur faim et ne parviennent plus à se loger ? Abordant la question de la parité, elle soutient qu’elle n’est pas arithmétique du genre : un homme, une femme. « La parité est d’abord le changement des mentalités ». Pour elle, la valorisation de l’image de la femme et surtout faire accepter ses droits humains. Les barrières doivent tomber afin de réaliser le leadership féminin.


À voir aussi

Go: Comme le Beaujolais, le nouvel Idy est arrivé

On est en train d’assister à un nouveau phénomène dans les turpitudes propres à nos …

Procés de la caisse d’avance La réplique de l’Etat aux avocats de la défense

Les représentants de l’Etat du Sénégal dans l’affaire dite la caisse d’avance de la mairie, …