images (1)

DESTITUTION DE AIDA MBODJ- Les libéraux de Guédiawaye interpellent la Société civile

La destitution d’Aïda Mbodj de ses fonctions de présidente du Conseil départemental de Bambey, pour cumul de mandats, est à l’origine de la colère des libéraux du département de Guédiawaye. Les inconditionnels de Me Wade, qui parlent d’actes politiques dont la responsable libérale de Bambey est victime,  interpellent les femmes juristes et  les droits de l’hommiste, bref la Société civile à prendre position sur cette affaire qu’ils jugent illégale et arbitraire.

 En conférence de presse, les libéraux du département de Guédiawaye  se disent victimes d’abus de pouvoir de la part du régime de Macky Sall. Ils promettent de se battre pacifiquement, par tous les voies légaux jusqu’à ce que la responsable libérale de Bambey soit remise dans ses fonctions. Pour Mme Daba Mbaye, responsable libérale à Guédiawaye et par ailleurs membre du Comité directeur du Pds, « la destitution d’Aïda Mbodj de ses fonctions est un acte purement politique et  que les libéraux vont tous répondre politiquement à cette forfaiture, à travers des marches et autres actions pour obtenir gain de cause. Si la  responsable libérale de Bambey a été destituée de son poste c’est parce qu’elle l’a refusé de rallier l’Apr », a-t-elle révélé. Avant de renchérir : « Ce sont les populations de Bambey qui ont choisi Aïda Mbodj comme leader qui solutionne leurs préoccupations, chaque fois, qu’il est nécessaire. S’il y a faute, c’est l’administration qui a fait des erreurs et qui doit être sanctionnée car la responsable libérale avait écrit sa lettre de démission, depuis longtemps. Ce sont des femmes juristes, des droits de l’hommiste et la Société civile qui observent, aujourd’hui, un grand mutisme, qui doivent tous se prononcer sur cette affaire de force dont le Pds a toujours était victime », déclarent les libéraux par la voix de Daba Mbaye lors de la rencontre avec la presse.

Selon elle, « le régime de Macky Sall devrait d’abord commencer la sanction, pour cumuls de fonctions, par ses hommes au lieu de traquer les opposants. Une mise en demeure devrait d’abord être envoyée à Aïda Mbodji avant qu’elle ne soit destituée de ses fonctions de la présidence du Conseil départemental de Bambey.  Ce n’est pas à Abdoulaye Diouf Sarr de la chasser de son poste de travail. C’est plutôt le président de la République qui est habilité à réagir par rapport à des sujets du genre. Le président Macky Sall lui avait demandé de rejoindre l’Apr et c’est ce qu’elle a refusé. C’est pour cette raison que le régime en place veut s’en prend à elle. Guédiawaye va marcher pour manifester sa colère contre la destitution d’Aïda Mbodj. Une demande d’autorisation va être déposée d’ici peu de temps. Et toutes les localités du Sénégal vont nous suivre dans nos combats, en attendant d’abord la réaction de la justice. Le Sénégal est un pays de droit, où l’injustice sur des anciens dignitaires de l’État et qui ont servi leur pays avant de tomber, ne marchera pas. Ce qui se passe, actuellement, dans le pays, n’est que du cinéma. L’État, qui nomme ses hommes à des postes de responsabilité, savait qu’il y a des cumuls de fonctions à son sein. On devrait d’abord commencé la destitution chez lui avant de démarrer par Aïda Mbodj. Abdoulaye Diouf Sarr qui est incompétent et arrogant, est attendu sur les questions de l’heure et non d’attaquer les honnêtes personnalités du Pds. Le ministre Diouf Sarr est en train de faillir à sa mission », pestent Daba Mbaye et ses frères et sœurs libéraux de Guédiawaye.

Sada Mbodj

Voir aussi

Rama-Yade-300x193 (1)

FRANCE-AFRIQUE Rama Yade cherche à se faire sponsoriser par des palais africains

L’ex secrétaire d’état aux Droits de l’Homme sous Nicolas Sarkozy, Rama Yade, entame ce jeudi …