ACTUALITE

Destruction de maisons à la cité Tobago : Dionne prend langue avec  le Grand Serigne de Dakar

  • Date: 16 juillet 2015

La collectivité Léboue se pose en médiateur pour une solution de sortie de crise face à la  destruction des maisons jouxtant l’aéroport. Pour trouver une issue heureuse à ce délicat dossier pour lequel sont impliqués de grands dignitaires du régime, le grand Serigne de Dakar, Pape Ibrahima Diagne en compagnie des chefs coutumiers de Dakar a rencontré le Pm à la primature en présence du ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo et de l’Inspecteur du Cadastre  Abdourahmane Niang.  Le Ndéye Jiréw de Yoff Baye Babacar Mbengue, a fait l’historique du site litigieux, pour mieux camper le sens de la médiation du Grand Serigne de Dakar Pape Ibrahima Diagne. Il a expliqué comment la 64-46, dite «Loi sur le Domaine national», a eu un impact négatif sur le droit foncier coutumier. Il a démontré comment la Loi sur le Domaine national a exclu, de fait, de nombreuses familles de leurs héritages fonciers coutumiers, consécutivement au défaut d’immatriculation de leur terre, comme les y obligeait la Loi domaniale. C’est ainsi que le site de la Cité Tobago s’est retrouvée aujourd’hui dans une situation aberrante de TNI (terrain non-immatriculé). Ceux qui ont acheté leurs terrains sur ce site, n’avaient pas hésité à y investir de bonne foi, dans l’espoir que leurs propriétés feront incessamment l’objet de régularisation, en rapport avec les autorités coutumières locales et municipales rapporte-t-il.  Le Président du Collectif de victimes Daouda Mbengue a démontré comment des familles ont dû injecter toutes leurs économies dans ces constructions. Surtout des travailleurs immigrés sénégalais, qui envoyaient régulièrement de l’argent à leurs familles pour acquérir un toit. Il a révélé que des ménages ont failli voler en éclats, en apprenant les opérations de démolitions. Des retraités d’âge avancé ont été traumatisés, au point que l’un d’eux, souffrant de cardiopathie, a failli rendre l’âme en apprenant la destruction de sa maison. Le président du Collectif des victimes a insisté sur le fait que les sinistrés vivent un réel cauchemar. Ainsi les victimes ont-il sollicité du Premier ministre l’arrêt définitif des opérations de destructions, en accordant notamment un sursis à cette demi-douzaine de maisons, déjà construites et habitées par leurs propriétaires et leurs familles. En guise de réponse, le Pm  après avoir rappelé aux victimes qu’ils ont été abusés de bonne foi, a réitéré la volonté de l’État de tout mettre en œuvre pour limiter les dégâts, bien que la loi soit générale et impersonnelle. Dionne  a révélé que parmi les vendeurs, il y en a un qui a vendu des parcelles qui avaient pourtant fait l’objet d’une indemnisation, que ce spéculateur a encaissé depuis 1970 ! Le Premier ministre a assuré que tous ceux qui, dans le privé comme dans l’administration, ont été impliqués dans ces spéculations, ou qui ont fait preuve de négligence ou de complicité dans la commission de ces indélicatesses, ont été sanctionnés. Et l’enquête continue. Le Premier ministre a assuré aux intéressés qu’il y avait 75% des maisons qui n’étaient qu’au stade de fondation et de chaînage. Il a réaffirmé que c’est parce qu’il est sensible à ce drame qu’il avait lui-même pris l’initiative d’appeler au téléphone le Grand Serigne de Dakar Pape Ibrahima Diagne. Et c’est ce qui explique cette rencontre, dont l’objectif est de trouver une solution acceptable pour tous.

«Arrêtez de dire qu’on nous rende nos maisons !».

Le Chef du Gouvernement a révélé que le Président de la République est très préoccupé par le sort des familles victimes. Toutefois, il a invité le Collectif à arrêter de dire «qu’on nous rende nos maisons !». Car, dit-il, «si elles vous appartenaient réellement, elles n’auraient pas fait l’objet de démolition». Il les a par conséquent invités à «se garder de poser le problème en terme de rapport de force. Mais de s’inscrire plutôt dans une logique de recherche de solution consensuelle. Et qu’en tout état de cause, l’État se gardera de faire des promesses démagogiques. Ne perdons pas de vue que cette rencontre, que j’ai proposée de concert avec le Grand Serigne de Dakar Pape Ibrahima Diagne, est une rencontre de facilitation». En concluant la réunion, le Premier ministre a annoncé la création d’une commission tripartite (Etat/Collectivité Léboue/Collectif des victimes), avec pour mission de préparer une un document de base destiné au Chef de l’Etat, afin que celui-ci puisse disposer de suffisamment d’éléments pouvant lui permettre de faire des propositions concrètes au Collectif, qu’il recevra en audience, à son retour de pèlerinage aux Lieux Saints.

Mouhamadou BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15