Accueil / POLITIQUE / Déthié Diouf, Président du parti VISA « Le problème du Sénégalais, c’est qu’il travaille mal et insuffisamment »

Déthié Diouf, Président du parti VISA « Le problème du Sénégalais, c’est qu’il travaille mal et insuffisamment »

Le Président de vision alternative pour le Sénégal (Visa) a été, ce samedi, l’invité du Grand Oral. Sur les ondes de la 97.5 Rewmi FM, Déthié Diouf a abordé les points chauds de l’actualité, notamment l’appel au dialogue, l’affaire Khalifa Sall, la qualification des Lions à la prochaine coupe du monde. Morceaux choisis

Révolution des mentalités

Au niveau de notre parti, on a ce que l’on appelle l’école citoyenne à travers laquelle nous formons les gens sur ce que c’est la République, ce que c’est la citoyenneté, parce qu’on entend parler de citoyen, de patriote. Il y a des choses dont les gens entendent parler, mais qu’ils ne comprennent pas. En effet, le citoyen est une pratique constante et le patriote, c’est ce que les gens de l’équipe nationale ont fait. Nous sommes le seul parti dans lequel ses membres s’appellent mutuellement citoyen. On est en train de le partager et les gens commencent à s’en approprier. Nous mettons l’accent sur le citoyen productif. Le problème du sénégalais, c’est qu’il travaille mal et insuffisamment. Le Président Sall est en train de poser des actes pour corriger ces deux facteurs. Mais pour réussir, il doit nommer des chargés de suivi. Notre problème au Sénégal, c’est également le suivi.

Assemblée nationale

J’ai eu honte quand on a dit qu’on va lever l’immunité parlementaire de quelqu’un dont on n’a pas reconnu son immunité. Je crois que dès qu’il a été élu, le procureur aurait dû le libérer. Car, tu ne peux pas être plus intelligent que ces gens-là. Mais, leur façon de penser pose problème. Le gars peut être libéré parce que c’est le peuple qui lui a dit je te fais confiance. Pourquoi on ne respecte pas la volonté du peuple ? Il faut qu’on le libère et après, on peut demander à l’Assemblée la levée de son immunité parlementaire pour pouvoir ester en justice. Ce qui se passe, c’est que c’est mal parti comme l’ancienne législature. L’Assemblée doit savoir dire non quand il le faut, et dire oui quand il le faut. C’est la meilleure façon d’aider le Président de la République. Par ailleurs, je dis que Khalifa a fauté parce qu’il n’y a pas de caisse noire dans l’architecture budgétaire des mairies. Il n’y a pas de fonds politiques. Et quand tu représentes une menace, on utilise ces armes pour te descendre. Tout est politique dans cette affaire.

Le système sanitaire sénégalais décrié

L’aspect social n’a pas été pris en compte dans notre système sanitaire. J’avais dit que je porte beaucoup d’espoir sur le ministre Abdoulaye Diouf SARR que j’avais conseillé en lui disant que le grand malade, ce sont les hôpitaux. Car, les hôpitaux représentent un système fermé où les gens s’enrichissent au détriment de cette population qui en a besoin. Parce que si les ressources sont gérées, on ne peut pas faire de subvention. L’hôpital génère des ressources et ces ressources ne peuvent pas revenir à ces populations qui en ont besoin. Je pense que ce n’est pas parce qu’on n’a pas d’argent qu’on ne doit pas être pris en charge. Mais tel que ça se passe, les gens gèrent parce que je connais Fatou Thiam Ngom ou quelqu’un d’autre. Ça doit cesser. Ce problème d’accueil se pose. Un patient qui vient, et est en position de faiblesse, on lui fait du racket. Ça n’aurait jamais dû arriver. On doit prendre toutes les dispositions nécessaires, même en ce qui concerne le renouvellement de nos matériels de santé.

Qualification des Lions à la prochaine coupe du monde

« Je dois d’abord exprimer toute notre fierté pour cette qualification. Déjà en 2008, j’étais avec mon ami feu Issa Mbaye Samb et nous avions fait la campagne de Tamalé. C’est pour simplement dire qu’en dehors de l’effet euphorique de cette satisfaction et tout, il y a encore un match qui reste et qu’il faut gagner. Parce qu’au Sénégal, on a l’habitude de faire des effets et on ne doit plus refermer cette parenthèse. Ça signifie que nous devons avoir un comportement conséquent. Déjà, on y est on doit donc se projeter sur ce qui doit permettre de pérenniser ces performances. Mais si on se situe seulement dans ce cadre, naturellement, ça va faire feu de paille et ça n’a aucune importance ».

L’Etat Sénégal va investir 7 milliards dans le football

Je pense qu’on se plaint beaucoup du manque d’infrastructures dans le pays et c’est quelque chose qui est réel. Ces 7 milliards-là, on ne s’y attendait pas. Donc nous pensons que c’est une aubaine et par rapport à ça, nous devons nous dire qu’il faut l’investir directement au lieu de se le partager. Cela va nous permettre de mettre en place des infrastructures. Parce que quels que soient les talents, et Dieu sait qu’on en a beaucoup, si on n’a pas d’infrastructures pour pouvoir les encadrer, ça n’a pas de sens. Il faut organiser des tournois ponctuels. Nous devons nous projeter dans des perspectives. Si on ne peut pas investir partout dans le pays, qu’on puisse mettre en place au moins quatre pôles dans lesquels on va mettre des stades ou des infrastructures qui permettraient à ceux qui sont dans un quart ou dans un autre quart de pouvoir utiliser de manière optimale ces infrastructures-là. Par ailleurs, il y a beaucoup d’efforts à faire dans le football. Car, c’est un sport extrêmement important dans la paix et la stabilité. La volonté politique doit être traduite par des actions concrètes. Il faut qu’on se décide à allouer des budgets conséquents.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

El hadji Hamidou Kasse, ministre charge de communication de la présidence- «Le problème de Khalifa Sall ne peut pas être à l’rdre du jour d’un dialogue politique»

L’Opposition se met en marge de l’esprit de dialogue, en posant comme préalable à sa …

Session ordinaire de la ville de Thiès- Rewmi bloque Talla Sylla

La session ordinaire du conseil de ville de Thiès convoquée hier par le Maire Talla …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *