Accueil / ACTUALITES / Deux lieutenants de Salif Sadio tués sur ordre de ce dernier

Deux lieutenants de Salif Sadio tués sur ordre de ce dernier

On est encore loin de la fin des divergences internes qui défrayent la chronique au sein du mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc). Au contraire, le climat de tension qui empoisonne la vie du mouvement et particulièrement au sein du maquis risque de s’aggraver un peu plus. En fait, Vieux Faye et Lansana Gorgui Djiba, les deux principaux lieutenants de Salif Sadio, chef de la principale branche armée du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc) seraient morts, a-t-on appris à Ziguinchor de sources proches du Mfdc. Le premier cité, a jusqu’à un temps récent été le chef des positions avancées de M. Sadio au front nord, près de la frontière gambienne.

Source : Le Matin
C’est lui qui y avait chassé les chefs de guerre du Mfdc qui avaient créé des bases dans cette zone.

Il s’agit particulièrement de Prospère Mindiène et Bertrand Sambou alias Essaoulé que le camp de Salif Sadio avait placé sur la liste de ses ennemis, suite aux contacts que ces derniers avaient avec le commandement du front de l’époque. Quant à Lansana Gorgui Djiba, il était celui qui assurait son intérim au front sud, proche de la frontière bissau-guinéenne. Selon ces sources, leur mort fait suite à une exécution sur ordre de Salif Sadio qui les accuse de trahison au motif qu’ils ont reçu de l’argent des mains d’officiels sénégalais qu’ils ont rencontrés en catimini en Gambie. Ces informations ont été confirmées par un haut responsable du mouvement indépendantiste qui révèle avoir été contacté par le maquis à ce sujet. Notre interlocuteur signale que par cet acte, Salif Sadio craignait qu’un coup ne soit en train d’être préparé par ses lieutenants avec l’ennemi.

Il a toutefois refusé de faire un commentaire sur cette double mort, se limitant seulement à dire que c’est dommage que le Mfdc se confine aujourd’hui à des règlements de comptes au lieu de poursuivre l’objectif qui l’a poussé à prendre les armes, à savoir l’indépendance de la Casamance. Il a révélé que la mort des deux chefs de guerre a eu lieu au mois d’août dernier. Il faut signaler que Vieux Faye qui est originaire de Djirack, dans le département d’Oussouye, s’était rendu dans le maquis au début des années 90 pour marquer sa colère contre l’arrestation répétée de son père Souleymane Faye qui était un responsable du Pds par l’armée sur dénonciation des responsables du Parti socialiste (Ps), à la veille de chaque campagne électorale.

C’est du moins ce que nous avait révélé en 2001 le vieux Souleymane Faye que nous avions trouvé dans un petit village bissau-guinéen où il s’était réfugié pour éviter une énième arrestation, lors d’un reportage que nous avions effectué dans le maquis. Une brouille empoisonnait déjà les relations entre Vieux Faye et son chef Salif Sadio depuis plus d’un an. Cela avait poussé M. Faye à aller s’installer en Gambie dans la localité de Youndoum où il a été une fois appréhendé puis libéré par la police gambienne qui lui reprochait de s’adonner à des activités indépendantistes sur le territoire gambien.


À voir aussi

GO : Les politiciens parrainent aussi des mosquées

Du jamais vu. A plus de 50 ans d’existence, le marabout Serigne Souhaibou Diop n’avait …

Colère noire de détenteurs de passeports diplomatiques

Les détenteurs de passeports diplomatiques sénégalais font encore parler d’eux. Il s’agit surtout de ceux …