telechargement

DEVELOPPEMENT DE LA VIOLENCE AU SENEGAL- L’appel à l’introspection du président Sall

Dans l’ambiance de deuil, mais surtout de colère qui a précédé le rappel à Dieu de Fatoumata Matar Ndiaye, le Président Sall qui s’est déplacé au domicile de la défunte tuée dans des conditions atroces, a lancé un appel à la société sénégalaise. Un appel à l’introspection.

D’ailleurs, on s’est rendu compte qu’il s’est lui-même livré à cette introspection, lui qui a ajouté qu’il faut cesser de demander aux gens ce qu’ils n’ont pas, faisant ainsi allusion à la dot qui a été exigée au meurtrier Samba Sow qui a une drôle de manière de chercher de l’argent.

Sans chercher à justifier l’injustifiable, il est important, pour notre société, de se demander pourquoi une telle violence. De tout faire pour répondre à cette question afin d’agir sur les leviers permettant de retrouver la société paisible d’antan.

A ce propos, l’argument du président de la République n’est pas sans fondement. La pression sociale sur les citoyens actifs est sans commune mesure. Il faut réussir à tout prix comme le voisin, le frère ou la sœur, le mari de la sœur, l’épouse du frère, le collègue. Et ça, tous les sermons des Imams ne peuvent rien. Ceux qui ont du mal à tirer leur épingle du jeu, sont cloués au pilori, indexés, humiliés quotidiennement, ignorés, agressés moralement, insultés, ostracisés,  etc.

Notre société est cruelle parce que sans complaisance envers ceux qui ne réussissent pas, financièrement parlant. L’argent devient le nerf de la guerre. Et les parents sont en général intraitables quand leurs fils ne correspondent pas aux standards projetés. Les maisons sont devenues un enfer pour ces jeunes et même adultes. Il arrive qu’on ne les appelle plus à manger ou qu’ils ne soient pas mis au courant de cérémonies qui doivent se passer dans la maison. Si la sœur refuse de laver ses habits et que les parents de la fiancée multiplient les crachats à son passage, bonjour la dépression. Qui n’a pas perdu une fiancée au profit d’un riche cadre, d’un commerçant ou d’un Modou Modou ? On s’en moque des sentiments. Ce qui importe, c’est le portefeuille.

C’est pourquoi, les jeunes préfèrent se jeter dans la mer que de vivre cet enfer. Chaque jour, de jeunes Africains perdent la vie en mer pour essayer de rallier les côtes espagnoles ou italiennes. Il n’est pas difficile alors de deviner l’enfer qu’ils sont en train de vivre. De loin, quelqu’un peut penser que ces réfugiés économiques, ont des problèmes de survie. En fait, il n’en est rien. La réalité est que leur entourage leur laisse peu le choix. Si vous êtes un aîné en chômage et que votre jeune frère travaille, il devient le chef de la famille et le confident de tous.

Dans ces conditions d’agression morale, de violence, il n’est pas rare que les individus se marginalisent et deviennent antisociaux. L’alcool, la drogue et la prostitution deviennent des refuges aléatoires qui développent le sentiment d’isolement.

Encore une fois, il ne s’agit pas de justifier des crimes, mais d’essayer de comprendre les motivations de leurs auteurs.

Il est en effet temps que la société revoit sa copie en puisant dans les ressources ou valeurs traditionnelles et religieuses qui enseignent autre chose que ce à quoi nous assistons.

Nous vivons dans une société qui manque cruellement de référence. Les prêcheurs, les chanteurs et autres parvenus versent dans des malversations financières qui les conduisent en prison. Les hommes de loi, les journalistes, les blouses blanches sont estampillées corrompus.

Ceux qui vont dans les mosquées sont obligés de cacher leurs chaussures pour les mettre à l’abri des vols et nombre d’hommes religieux n’ont d’yeux que pour les fidèles argentés, les jolies nanas, les belles voitures et les passeports diplomatiques, etc.

Si tout le monde recherche le paradis sur terre, il n’est pas surprenant que règne une forme d’anarchie organisée où les marginaux sont de plus en plus nombreux et agressifs.

Certes l’Etat doit organiser la riposte par le durcissement des lois et le renforcement de la sécurité, mais il faudra tenter d’agir sur les leviers sociaux par l’éducation, la sensibilisation, la formation, le plaidoyer, etc.

Mais ce qui nous semble plus important est d’instaurer une société juste avec l’égalité des chances pour tous, où les dirigeants à tous les niveaux donnent l’exemple en respectant leur parole et en évitant de violer la loi au nom d’une quelconque suprématie sociale que confèrent les postes de responsabilité.

Une fois élus, nombre d’hommes politiques snobent les populations et forment, avec des hommes d’affaires et certains marabouts, une sorte d’oligarchie qui a les réflexes d’une mafia.

C’est cela qui cause nombre de frustrations en plus de celles que génère la société.

Assane SAMB

Voir aussi

telechargement-6

INSECURITE ET SERIE DE MEURTRES Oumar fait … Maal aux Sénégalais

Le sang jaillit, coule et coule encore. Les esprits et les regards des citoyens sont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *