Accueil / ECONOMIE / Développement de l’Afrique La gouvernance, une priorité pour les programmes

Développement de l’Afrique La gouvernance, une priorité pour les programmes

Les rideaux sont tombés sur la 12e édition de la Conférence économique africaine (AEC), hier à Addis-Abéba en Ethiopie, où les participants ont plaidé pour que la gouvernance demeure une priorité des programmes de développement de l’Afrique.

Les chercheurs, décideurs politiques, responsables des secteurs publics et privé africains, ont exhorté les gouvernements africains à mettre la gouvernance au cœur de leur programme. C’est ce qui est ressorti  au terme des travaux de la 12e édition de la Conférence économique africaine (AEC). Pour Adam Elhiraika, Directeur de la division pour la politique macroéconomique de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), la gouvernance est un facteur déterminant dans la transformation structurelle des économies et du développement inclusif. « J’espère que le résultat de cette conférence aidera tous les chercheurs, les décideurs et les trois institutions partenaires à soutenir la transformation de l’Afrique et les efforts de l’Afrique pour améliorer la gouvernance pour la transformation structurelle. La conférence ne peut pas être une fin en soi. Ce doit être un moyen pour une plus grande aspiration, une aspiration d’une Afrique réformée et prospère, en paix avec elle-même », a-t-il déclaré.  Quant à Lamin Momodou Manneh, directeur du centre de services régional du PNUD pour l’Afrique, il a affirmé que la trajectoire de croissance à long terme de l’Afrique dépend de la gestion efficace des déficits de gouvernance politique, économique, sociale et environnementale. «  La bonne gouvernance demeure le facteur crucial dans l’éradication de la pauvreté en Afrique », a-t-il dit.  A cette occasion, il a insisté sur le rôle de l’Etat dans la mise en place d’institutions fortes et la dépolitisation de la gouvernance en vue de la mise en œuvre de l’agenda 2063.

L’Université Cheikh Anta Diop du Sénégal honorée

D’après un communiqué, cette douzième édition a enregistré la sélection de 36 papiers sur 406 reçus, après un processus de sélection rigoureux. Deux jeunes chercheurs ont été primés dans le cadre des meilleures présentations de papiers : un étudiant doctorant de l’université du Bénin au Nigéria, et un autre de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal. Cet événement annuel de trois jours, organisé conjointement par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), la Banque africaine de développement (BAD) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a réuni près de 500 participants, composés des responsables gouvernementaux, de chercheurs et bien d’autres acteurs du développement. Ainsi, la source annonce que l’édition 2018 de la Conférence économique africaine sera organisée par le PNUD.

Zachari BADJI

À voir aussi

Développement économique du Sénégal La jeunesse, une opportunité à saisir

La main d’œuvre jeune, âgée de 15 à 34 ans, va continuer de croitre au  …

Exécution des projets et programmes du Pse Le taux moyen compris entre 68% et 70% dans les régions

La  Plateforme des acteurs non étatique a publié, hier à Dakar, son rapport d’évaluation citoyenne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *