Accueil / ECONOMIE / Développement des infrastructures- A la recherche des 400 mille milliards dormants en Afrique

Développement des infrastructures- A la recherche des 400 mille milliards dormants en Afrique

«Doter le continent Africain en général et le Sénégal en particulier d’infrastructures et créer de l’emploi pour la jeunesse », telle est l’ambition des investisseurs américains et africains. Ces derniers comptent transformer les 400 mille milliards de fonds dormant du continent africain, en infrastructures.

«En Afrique, il existe 400 mille milliards de fonds dormants », a fait savoir la secrétaire exécutive de la Commission économique de l’Afrique, Vera Songwe. Selon elle, les investisseurs américains et africains qui se sont réunis à Dakar samedi dernier sont en train de chercher les moyens de faire de ces fonds des infrastructures adéquates pour le développement du continent. « Nous sommes ici avec le concours de l’Usaid et la Commission économique pour Afrique, pour étudier les investissements qui sont possibles sur le continent africain. Et comment est-ce qu’on peut mobiliser les fonds de pensions américain avec les fonds de pensions africains. Nous nous sommes réunis avec les représentants de l’Afrique du Sud, du Gabon, du Nigeria, du Ghana et du Kenya pour voir si nous pouvons fédérer les fonds américains avec les investissements africains. Parce qu’en Afrique, il y a 400 mille milliards de fonds dormants qui représentent l’épargne des Africains que nous pouvons utiliser pour faire des infrastructures et créer de l’emploi pour les jeunes», a expliqué Vera Songwe.

À l’en croire, le Sénégal fait partie des pays choisis dans le cadre de ce projet à cause de son potentiel. «Nous avons choisi le Sénégal parce que nous avons visité le pôle Dakar Diamniadio, les nouvelles centrales électriques ; le Port de Dakar et nous avons vu toutes les infrastructures qui ont été réalisées. Nous avons au Sénégal un contrat et une forme d’investissement qui est bien acquise.

En plus, nous voulons commencer par quelques pays qui ont déjà de l’expérience de faire des investissements avec des investisseurs étrangers et le Sénégal en fait partie », a-t-elle poursuivi. Pour le ministre délégué, Abdou Ndéné Sall, c’est une opportunité pour le Sénégal d’être ciblé parmi les pays qui peuvent bénéficier de ce projet. « C’est une rencontre pour échanger sur les moyens de financer les infrastructures et mobiliser l’épargne domestique et comment structurer le financement global pour prendre en charge le gap de l’infrastructure dans nos pays ». Selon le ministre, «nous devons faire beaucoup d’efforts parce qu’il nous faut encore plus d’argent pour tirer la croissance. Ainsi, il est important qu’on règle le problème énergétique parce que c’est un facteur de production extrêmement important ».

ABDOU NDENE SALL MINISTRE DELEGUE :  «Le chemin de fer Dakar Bamako sera réhabilité bientôt»

En marge de la rencontre avec les investisseurs Américains, le ministre délégué Abdou Ndéné Sall a annoncé samedi dernier le démarrage des travaux de réhabilitation de Dakar Bamako Ferroviaire. Selon lui, le retard des travaux est du au fait que le projet nécessite un financement énorme, qui est à hauteur de 1500 milliards. «Nous voulons faire une très bonne réhabilitation et les fonds dont nous disposons ne sont pas suffisants. Il faut faire encore le tour du monde pour obtenir un financement opérationnel pour pouvoir démarrer les travaux. Mais la bonne nouvelle c’est que le chemin de fer Dakar Bamako sera réhabilité bientôt», confie-t-il. En outre, il a fait savoir que le taux d’exécution du Ter est actuellement à 30%.

L’As

À voir aussi

PME: 250 millions de FCFA du  PAD pour favoriser les exportations   

Le Port autonome de Dakar (PAD) mettra sur la table 250 millions de FCFA l’année prochaine pour …

Autosuffisance en riz: Les acteurs font le  point

« Des acteurs venus du Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, des partenaires techniques et …