ECONOMIE

DEVENUE LE 4e FACTEUR DE RISQUE DE DECES DANS LE MONDE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE COUTE 225 MILLIARDS DE DOLLARS A L’ECONOMIE MONDIALE

  • Date: 10 septembre 2016

Les décès dus à la pollution atmosphérique coûtent 225 milliards de dollars à l’économie mondiale, selon la Banque mondiale.

La pollution atmosphérique s’est hissée au quatrième rang des facteurs de risques de décès prématurés dans le monde. Et il s’agit de nos jours du type de pollution le plus meurtrier. Les pertes de revenus du travail imputables à ces décès se sont chiffrées à environ 225 milliards de dollars en 2013, selon les conclusions d’une nouvelle étude qui vient souligner le fardeau que fait peser la pollution de l’air sur l’économie mondiale.

D’après cette étude réalisée par la Banque mondiale, en collabortion avec l’Institute for Health Metrics and Evaluation (Ihme), «on estime que les maladies liées à la pollution de l’air extérieur et intérieur ont provoqué la mort de 5,5 millions de personnes en 2013. Des pertes en vies humaines qui sont sources de souffrances mais aussi synonymes d’entraves au développement économique».
Aussi, «si les jeunes enfants et les personnes âgées en sont les premières victimes, la mortalité prématurée liée à la pollution atmosphérique a également de lourdes retombées pour la population d’âge actif, en termes de pertes de revenus du travail». Selon l’étude, celles-ci représentent l’équivalent de pratiquement 1% du Pib (0,83 % précisément) en Asie du Sud.

Dans la région de l’Asie de l’Est et le Pacifique, qui est confrontée au vieillissement de sa population, ces pertes représentent 0,25% du Pib. En revanche, en Afrique subsaharienne, où les conséquences de la pollution de l’air viennent diminuer la capacité de gain d’une population majoritairement jeune, les pertes de revenus du travail représentent chaque année l’équivalent de 0,61% du Pib.

«Si l’on envisage les pertes sous l’angle du bien-être, selon une méthode couramment utilisée pour évaluer les coûts et les bénéfices des réglementations environnementales dans un pays donné, le coût total des décès prématurés dus à la pollution de l’air, toutes tranches d’âge confondues, est estimé à plus de 5 000 milliards de dollars en 2013. En Asie de l’Est et en Asie du Sud, ces pertes de bien-être représentaient l’équivalent d’environ 7,5 % du Pib», a renseigné la Bm.

Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, environ 90% de la population est exposée à des niveaux dangereux de pollution atmosphérique. La Banque mondiale collabore avec les pays en développement et avec ses partenaires en vue de réduire la pollution, en apportant son soutien à des travaux d’analyse et de suivi, des réformes réglementaires et des investissements.
En 2016, par exemple, la Banque a engagé 1 milliard de dollars de financements pour aider la Chine à améliorer la qualité de l’air dans le cadre de deux opérations. Il s’agit, d’une part, de  réduire les émissions de polluants atmosphériques dans l’industrie, les transports et l’agriculture dans la province du Hebei, et, d’autre part, d’accroître l’efficacité énergétique et les énergies propres par le recours à des financements innovants dans la région de Beijing-Tianjin-Hebei (ou «Jing-Jin-Ji»), qui regroupe l’agglomération de la capitale et les provinces alentours.

Le Populaire

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15