POLITIQUE

DIALOGUE POLITIQUE Les propositions de l’UNP

  • Date: 10 juin 2016

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l’UNP, après avoir salué l’instauration d’un dialogue sincère autour du processus électoral et la gouvernance des partis politiques donne ses propositions pour réussir le dialogue politique.
Du financement des Partis politiques
Pour permettre aux partis et coalitions de jouer pleinement cette fonction, l’UNP propose la mise en place d’un fonds d’appui aux programmes de formation des partis politiques. Ce fonds annuel, cogéré par l’État et des représentants de partis politiques à travers un Conseil d’administration tripartite ÉTAT-PARTIS-OSC dont les modalités de fonctionnement seront arrêtés ensemble, sera destiné à appuyer la mise en œuvre des programmes de formation des partis éligibles sur la base d’un cahier de charges élaboré par les différents acteurs, a souligné le président De l’UNP. « Ainsi, le financement des partis politiques par l’État aura plus de sens, car il permettra de renforcer les capacités politiques et démocratiques des citoyens », a indiqué Moctar Sourang. À son avis, « cette approche est plus démocratique et plus conforme aux finalités que celle consistant à distribuer des ressources publiques sur la base des résultats d’élection ».

Rationalisation et modernisation des partis politiques
Sur la pléthore de partis politiques estimés à plus de 250, l’UNP considère que de nouveaux partis naissent, et que d’autres disparaissent mais continuent toujours à être comptabilisés. Ainsi, l’UNP propose-t-elle la mise à jour du fichier d’identification des partis politiques. Au Sénégal, constate M. Sourang, pour s’en désoler, « on n’a pas la tradition de dissoudre une organisation politique ou de la société civile, voire une société commerciale. Le même problème se pose au niveau des associations. Un parti qui n’a plus d’activités ni internes (réunion de ses instances), ni publiques, pendant deux ans, ne doit plus être répertorié », suggère-t-il.
Non sans préciser que le ministère de l’Intérieur a tous les moyens de savoir qui fait quoi ? Ce n’est pas tout. L’UNP propose également la mise en place d’une gestion diligente et efficiente, avec un système de mise à jour permanent du fichier des partis politiques. « Il s’agit de mettre en place une plateforme informatique ou chaque parti reconnu a un code d’accès et l’obligation de poster les informations exigées pour le maintien dans le fichier électoral. Les modalités de mise en place et de gestion de cette plateforme doivent être arrêtées ensemble », a fait savoir M. Sourang.

De la question électorale et du Fichier électoral

Toujours est-il que selon l’UNP, le référendum du 20 mars a montré que le Code électoral comporte encore beaucoup d’insuffisances et de vides juridiques. « Cela doit d’être corrigé ou complété pour éviter, à l’avenir, des interprétations tendancieuses de nature à porter un rude coup à notre démocratie. » Par conséquent, l’UNP propose des concertations décentralisées au niveau départemental qui permettront de résoudre les problèmes spécifiques à chaque localité.
Pour l’UNP, il ne faudra plus attendre l’organisation d’élections pour discuter du fichier et du Code électoral. Son président souhaite la mise sur pied d’un cadre permanent de concertation entre le ministère de l’Intérieur et les partis politiques. « Ce cadre permettra de conduire des revues tous les six (6) mois portant sur  les différents problèmes rencontrés, et surtout de fournir aux partis les informations sur l’état des inscriptions sur les listes électorales et sur d’éventuelles modifications de la carte électorale », suggère l’UNP.

Mouhamadou BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15