Accueil / ECONOMIE / Différend entre l’Etat et la socièté SBLG: Abdoulaye Mbodj évoque une possibilité de rupture

Différend entre l’Etat et la socièté SBLG: Abdoulaye Mbodj évoque une possibilité de rupture

Le directeur général de l’Aéroport Blaise Diagne de Diass, Abdoulaye Mbodj appelle l’Etat  à refuser la demande d’un cinquième avenant tel que l’exige la socièté Saudi Bin Ladin Group pour finir les travaux de l’aéroport en question. Invité dans l’émission « Grand Jury  » de la radio futur média, le directeur général de l’Aéroport Blaise Daigne de Diass est formel. L’État du Sénégal doit refuser de payer les 63 milliards tel que l’exige la société Saudi Bin Laden Group dans le cinquième avenant pour finir les travaux des infrastructures aéroportuaires de Diass. «Nous ne sommes pas du tout d’accord ni pour le quatrième avenant pour lequel ils nous réclament 58 milliards, encore moins pour le cinquième avenant pour lequel ils réclament 63 milliards de F Cfa. En tant que technicien, nous disons que ces avenants ne sont pas techniquement justifiables. Et, d’autres acteurs partagent également notre avis. Nous avons donc pris la décision de ne pas les payer», renseigne Abdoulaye Mbodj. Poursuivant son propos, le directeur général de l’Aibd a ainsi annoncé la tenue dans les tout prochains jours d’une réunion de haut niveau entre l’État du Sénégal et la société Saudi Bin Laden Group. Cette rencontre a pour but, selon lui, de trouver une solution définitive à ce problème. «Nous pensons véritablement, que la société Saudi Bin Laden Group gagnerait à finir ce travail dans les meilleurs délais. Nous lui avons déjà envoyé une lettre de mise en demeure dans laquelle, nous lui avons demandé si vous allez terminer ce projet oui ou non. Elle nous a  répondu en disant qu’elle souhaite qu’une réunion soit tenue dans les quinze jours. À notre niveau, nous voudrons que cette réunion soit tenue en haut niveau pour que des décisions puissent être prises pour une dernière fois. J’aurais même souhaité que ça soit au niveau présidentiel», a soutenu Abdoulaye Mbodj tout en  évoquant une possibilité de rupture de contrat avec la société saoudienne, en bonne et due forme. «A terme, l’aéroport international Blaise Diagne de Diass, va coûter près de 407 milliards de francs CFA à l’État du Sénégal. Nous sommes prêts, aujourd’hui, à aller à la résiliation de ce contrat et reprendre les travaux pour les finir pour notre économie avec des entreprises sénégalaises. Aujourd’hui, la société Saudi Bin Laden Group utilise, pour l’essentiel, beaucoup de sous-traitance d’entreprises sénégalaises. Nous avons des entreprises hautement qualifiées pour ne pas les nommer dans ce domaine», a averti le directeur général de l’Aibd. Selon lui, le taux d’exécution des travaux de l’aéroport est de 90%. Et avec en moyenne 1000 ouvriers en permanence sur le chantier.  Il est possible de respecter la date de décembre 2015 initialement retenue comme délai de livraison de l’ouvrage. A terme, a-t-il conclu, l’aéroport Aibd va coûter près de 407 milliards de francs CFA à l’État du Sénégal contrairement aux prévisions initialement retenues.
Rewmi.com/FBF

Share This:

À voir aussi

Ouverture à Taormine d’un G7 atypique sur fond de sujets sensibles

Par RFI– C’est ce vendredi 26 mai que débute le 43e sommet du G7 à Taormine, en …