18 décembre, 2014
Accueil » SOCIETE » DIFFEREND ENTRE SYNDICALISTES DE LA CNTS/FC Mansour Sy interdit le palais à Bakhao Diongue
DIFFEREND ENTRE SYNDICALISTES DE LA CNTS/FC Mansour Sy interdit le palais à Bakhao Diongue

DIFFEREND ENTRE SYNDICALISTES DE LA CNTS/FC Mansour Sy interdit le palais à Bakhao Diongue

Va-t-on vers la restauration de Cheikh Diop, destitué, en 2011, de la tête de la Confédération des Travailleurs du Sénégal/ Force du Changement, par son premier adjoint Bakhao Diongue Diouf, députée libérale. En tout cas, le scenario qui se dessine est des plus explicites, puisque cette dernière n’a pas été convoquée par le nouveau ministre de la fonction publique, Mansour Sy.
La coloration politique de Bakhao Diongue va-t-elle jouer dans ce feuilleton politico-juridique ? Ne risque-t-elle pas d’être défenestrée de son poste actuel de Secrétaire Générale de la CNTS/FC ? La question est, en tout cas, sur toutes les lèvres, d’autant que le ministre de la fonction publique du travail et des organisations professionnelles pose des actes allant dans ce sens. Et, pour cause, lors de la réunion de prises de contact avec les différents mouvements syndicaux, il avait donné la parole à Cheikh Diop, au détriment de la Secrétaire Générale élue; ce qui avait entrainé un échange de propos aigre-doux entre cette derniere et le nouveau ministre.

Mieux, pour la traditionnelle cérémonie de remise des Cahiers de doléances à la Présidence de la République de l’ensemble des syndicats de travailleurs du Sénégal, Bakhao Diongue n’a pas été appelée. « C’est le vendredi que, n’ayant pas reçu de convocation, j’ai décidé de joindre le ministère de tutelle et la Direction du travail, pour plus d’information. Il m’a été répondu que c’est le ministre du travail Mansour Sy qui avait ordonné qu’on convoque Cheikh Diop à ma place », fait savoir Mme Diongue, n’en revenant toujours pas qu’un ministre du travail puisse s’arroger le droit de trancher à la place de juridictions compétentes en la matière. D’autant plus que Cheikh Diop, désigné pour déposer le cahier de doléances des travailleurs affiliés à la CNTS/FC, a été destitué par une majorité qualifiée.

Une situation cocasse donc, si on sait que le Gouvernement de Macky Sall avait clairement édifié sur sa disposition à ne jamais s’insérer dans des affaires internes des institutions privées, d’autant plus que «les luttes internes à ces structures ne concernent ni un régime, ni un gouvernement, encore moins un Etat », rappelle Mme Diouf.

Face à cette situation insolite, du reste, le CNTS/FC a, malgré tout, appelé ses membres à une forte mobilisation dans la rue.

Mamadou DIOUF

REWMI QUOTIDIEN