Accueil / International / La diffusion de la vidéo d’une femme battue au Brésil provoque l’effroi dans le pays [Vidéo]

La diffusion de la vidéo d’une femme battue au Brésil provoque l’effroi dans le pays [Vidéo]

Une jeune femme a été retrouvée morte dans la rue après avoir reçu des coups de son mari pendant de longues minutes. 

Les images datent du 22 juillet, mais n’ont été diffusées que le 5 août par la télévision brésilienne (à voir ci-dessus, attention, elles peuvent heurter). Depuis, l’indignation est largement montée dans le pays sud-américain.

Tatiane Spitzner, une avocate de 29 ans, est décédée après une chute depuis le balcon de l’appartement du 4e étage où elle vivait avec son mari, Luís Felipe Manvailer, professeur et biologiste de 32 ans, à Guarapuava, une ville dans le sud du Brésil. Ils s’étaient mariés cinq ans plus tôt.

Les images de vidéosurveillance montrent que peu de temps avant la mort de la jeune femme, vers 3 heures du matin, son mari la frappe dans leur voiture arrivant dans la rue de l’immeuble. Une fois dans le parking de celui-ci, l’homme la poursuit et la mène sous la contrainte dans l’ascenseur, alors qu’elle tente de lui échapper à tout prix. Là, les coups se poursuivent. Tatiane Spitzner est même violemment projetée contre la paroi de l’ascenseur, puis traînée de force au sol jusqu’à leur appartement.

Quand les images reprennent, plus tard dans le temps, on peut voir le jeune homme remonter dans l’ascenseur la chemise maculée de sang: celui-ci vient de récupérer le cadavre de son épouse dans la rue après sa chute du balcon. On le voit ensuite nettoyer les lieux après s’être changé, puis prendre la fuite au moment où la police arrive sur les lieux.

Finalement rapidement arrêté, il prétend depuis que son épouse s’est suicidée.

Des images tournant en boucle sur les réseaux sociaux

Ces faits suscitent depuis une vive émotion au Brésil, où les images tournent en boucle sur les réseaux sociaux depuis le début de la semaine.

Malgré les cris de la jeune femme pendant qu’elle était battue, durant plusieurs minutes, personne n’est intervenu dans l’immeuble. De quoi inciter de nombreux internautes à utiliser le mot-clé #MetaAColher pour appeler les témoins de violences conjugales à intervenir et prévenir la police.

Sur Instagram, la sœur de Tatiane a créé le compte « Todos Por Tatiane » (« Tous pour Tatiane »), suivi par plus de 119.000 internautes, écrivant: « La violence laisse des traces. Ne pas les voir cause les féminicides. »

Au Brésil, selon les données du gouvernement, une femme meurt toutes les 90 minutes lors de violences conjugales, tandis que cinq femmes sont battues toutes les deux minutes. Le taux de féminicide y est de 4,8 pour 100.000, l’un des plus élevés au monde.

 

Auteur: huffingtonpost.fr – Huffingtonpost.fr

À voir aussi

Présidentielle au Mali : l’annonce des résultats est reportée à jeudi

L’annonce des résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle au Mali entre le président …

La Turquie augmente les tarifs douaniers des produits américains

Nouvelle escalade entre Ankara et Washington. Après le boycott des appareils électroniques américains, le président …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *