POLITIQUE

Dilma Roussef écartée de la présidence du Brésil par le Sénat fédéral

  • Date: 12 mai 2016
Rfi.fr- Jeudi 12 mai, par une majorité de 55 voix contre 22, les sénateurs brésiliens se sont prononcés pour l’ouverture d’un procès en destitution à l’encontre de la présidente Dilma Rousseff, accusée d’avoir manipulé les comptes publics pour faciliter sa réélection en 2014. En attendant, la chef d’Etat est désormais suspendue de ses fonctions. Son vice-président Michel Temer va la remplacer.

Dilma Rousseff est suspendue de la présidence pour 180 jours maximum. Le Sénat fédéral a en effet entériné la décision prise avant lui par le Congrès des députés, d’ouvrir à son encontre un procès en destitution, une première au Brésil depuis 1992. Les sénateurs n’avaient besoin que d’une majorité simple de 41 élus, mais cette décision a été largement approuvée au sein de la chambre haute du Parlement.

Après le procès de Mme Rousseff interviendra un second vote du Sénat fédéral, à la majorité des deux tiers cette fois-ci (54 voix), pour entériner définitivement une éventuelle destitution de la présidente. En attendant, même si on ne connaît pas encore la date du procès, une chose est sûre : la présidente va devoir rendre des comptes. C’est un peu la fin d’une époque, celle du Parti des travailleurs au pouvoir.

Femme de gauche, fidèle lieutenant puis héritière politique du président Lula da Silva, mais aussi ancienne résistante torturée et incarcérée sous la dictature, Dilma Rousseff a été élue en 2010 puis réélue en 2014 à la tête du Brésil. Son second mandat aurait dû s’achever le 31 décembre 2018. Mais si la destitution devient définitive, ce qui est désormais possible, alors le vice-président restera au pouvoir jusqu’aux prochaines échéances électorales

Michel Temer, futur président intérimaire du Brésil.REUTERS/Ueslei Marcelino

Michel Temer, président brésilien jusqu’à nouvel ordre

En attendant, ledit vice-président Michel Temer, un centriste longtemps allié à la présidente avant de lui tourner le dos – Dilma Rousseff l’accuse d’avoir participé à un coup d’Etat -, va assurer l’intérim à la tête du pays.

Il pourrait annoncer ce jeudi la composition de son gouvernement. Henrique Meirelles, ancien président de la Banque centrale, est pressenti aux Finances. Blairo Maggi, l’un des plus gros producteurs brésiliens de soja, à l’Agriculture. Car indépendemment de l’affaire des comptes publics, l’opposition reproche à Mme Rousseff la récession, le chômage, l’inflation… « Aujourd’hui, nous essayons de surmonter cette situation en révoquant ce gouvernement irresponsable. Nous n’avons pas d’alternative », a lancé ce jeudi le sénateur Maggi.

Des sondages d’opinion récents ont montré qu’une écrasante majorité de Brésiliens souhaitaient que Dilma Rousseff soit destituée. Devant le Sénat, des milliers de partisans de la destitution se sont d’ailleurs réunis pour exprimer leur joie ce jeudi, tandis que la police utilisait des gaz lacrymogènes pour disperser les soutiens de la présidente. Mais c’est toute l’élite politique brésilienne, empêtrée dans de multiples affaires de corruption, qui se retrouve désormais devant un immense défi : se reconstruire une image, désastreuse à l’heure actuelle.

Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15