Accueil / Education / Diourbel- Des classes fermées, absence de toilettes et de murs de cloture, le maire de Taiba Moutoufa pour une rationalisation du personnel enseignant

Diourbel- Des classes fermées, absence de toilettes et de murs de cloture, le maire de Taiba Moutoufa pour une rationalisation du personnel enseignant

Des salles de classes fermées, servant parfois de magasins, absence de murs de clôture et de toilettes, ce sont là  les difficultés notées au niveau des écoles élémentaires de la commune de Taïba Moutoufa. Le maire de cette commune du département de Diourbel a profité de la cérémonie de remise  de fournitures scolaires, pour un montant de 7 millions de nos francs,  pour dénoncer cet état de fait. Ibrahima Ndour  plaide pour la rationalisation du personnel enseignant.  Le déficit de personnel  enseignant constitue la  principale  difficulté  que rencontre le système éducatif au niveau de  la commune de Taïba Moutoufa.  A cela vient s’ajouter le manque de toilettes et  de murs de clôture. Ousmane Ndong, le président du Collectif des directeurs d’école (CODEC) de la commune de Taïba Moutoufa explique que les difficultés sont nombreuses. «Les plus patentes sont le déficit d’enseignants dans la zone. Il y a des classes multigrades et des classes à double flux. Il y a des écoles qui n’ont pas de toilettes. Il s’agit des écoles de Salaw. Pour 52 cours pédagogiques, il y a 29 seulement  enseignants».

Selon le maire de la commune de Taïba Moutoufa, Ibrahima  Ndour, il y a certaines académies qui sont considérées comme les plus en retard du point de vue de la scolarisation. La région de Diourbel en fait partie. Ce qui est paradoxale, c’est qu’au moment où on tient ce discours, il y a des écoles qui continuent à fermer.

Par exemple dans la commune de Taïba Moutoufa, «nous avons 52 classes pédagogiques et 29 maîtres. C’est dans cette commune qu’on voit un maitre tenir 3 classes pédagogiques. On ne peut pas développer l’éducation sans recruter suffisamment  de maîtres. On a des critiques à faire dans la politique d’absorption des abris provisoires. C’est une excellente chose. Mais, au même moment, l’Etat devrait faire des efforts du côté du recrutement. En tant que maire, je  préfère que mes enfants apprennent, en attendant dans des classes en abris provisoire que de me construire des classes en dur où il y a des effectifs où il n y a pas de maîtres».

L’ancien directeur de l’Enseignement moyen secondaire à la retraite a plaide pour la rationalisation des ressources humaines. Le maire de la commune de Taïba Moutoufa  s’engage à aller plus loin avec les enseignants dans leur accompagnement,  à condition  que  les résultats suivent. Ces fonds de dotation ont  connu une hausse car ils sont passes de 6 millions en 2014 à 7 millions à 2017. Ce que magnifie le président du CODEC, Ousmane Ndong, qui soutient que les directeurs d’écoles et les  charges d’écoles sont impliqués dans le processus de distribution des fournitures scolaires.

Sud quotidien

À voir aussi

Le G4 déroule son 7e plan d’actions

Malgré les défections du Sels et du Snelas, les syndicats d’enseignants poursuivent leur mouvement d’humeur. …

Grève de 48 heures de l’administration des universités

Les universités seront paralysées encore pour deux jours. Ce ne sont pas les enseignants qui …