Accueil / SANTE / Les discussions entre le gouvernement et les syndicats de la santé sont ouvertes, sans Dionne- Les pourparlers butent sur l’absence du Premier ministre
Le Premier ministre, Mouhammad Boun Abdallah Dionne

Les discussions entre le gouvernement et les syndicats de la santé sont ouvertes, sans Dionne- Les pourparlers butent sur l’absence du Premier ministre

Les professionnels de la santé ont entamé, hier, les négociations avec le gouvernement du Sénégal pour trouver un terrain d’entente concernant les engagements du gouvernement avec les syndicats de la santé. Si Mbalo Thiam reste optimiste concernant l’avancement des négociations, Boly Diop, pour sa part, reste pessimiste. car, selon lui, les syndicats ne pouvaient pas avancer sur certaines questions en l’absence du premier ministre.

Les discussions entre le gouvernement et les syndicats de la santé sont ouvertes, hier. La rencontre qui devait être présidée initialement par le Premier ministre, Mouhamed Boun Abdalah Dionne a été finalement présidée par le ministre du Renouveau urbain, Diene Farba Sarr. Au sortir des discussions, les syndicats de la santé ont fait face à la presse pour informer de l’état d’avancement des pourparlers. Selon, le président de l’Alliance des syndicats autonomes de la santé, «cette rencontre était une rencontre exploratoire pour voir le niveau d’exécution des questions sur lesquelles le Premier ministre s’était engagé». De l’avis de Mbalo Dia Thiam, il y a certaines questions qui ont trouvé des réponses mais celles concernant les décrets à prendre sont dans le circuit du gouvernement. Alors, qu’il avait promis de les signer avant la prochaine rencontre avec le Premier ministre. Le texte doit être majoré de 20%, selon lui.

Par contre, poursuit-il, «le texte de l’indemnité de travaux pour les heures supplémentaires est déjà prêt et soumis à la signature des autorités à savoir le Premier ministre et le président de la République d’autant qu’il s’agit d’un décret ». Il ajoute que dans le même temps que le décret qui crée aussi les nouveaux corps dans le secteur de la santé et de l’action sociale est également bien lancé dans le circuit. «Nous avons aussi abordé entre autres questions les zones d’aménagement concertés relativement à la question des logements sociaux. Des documents ont été brandis concernant les projets de découpage sur le Lac rose », renseigne Mbalo Dia Thiam. D’après lui, le Haut conseil qui a été installé récemment sera convoqué les 15 mars pour travailler sur les 67 décrets qui définissent de manière très clair la question de la mobilité, de la prévention et toutes les questions qui concernent les travailleurs municipaux.

Dans la même lancée, il rappelle que 100 millions de francs ont été dégagés pour la retraite des cadres des communes qui ont subi les effets de l’acte 3 de la décentralisation. Donc, dit-il, pour ce qui est de la Fonction publique locale «nous estimons que cette question sera bientôt derrière nous. S’agissant de l’Endss, il relève que le ministre de la Santé s’est engagé que les Masters vont démarrer. La question des techniciens supérieurs, soutient toujours le président de l’Alliance des syndicats autonomes de la santé, est en train de trouver une solution parce que le gouvernement compte régulariser leurs situations administratives parce qu’il y a un gap de 100 heures à combler pour les verser dans le corps des titulaires de Master.

La question des agents qui avaient été recrutés et qui n’avaient pas été engagés connait aussi une évolution. «Les engagements sont faits pour près de 300 agents et bientôt les affectations vont être faites sur toutefois la commission est convoquée », faitil savoir, non sans préciser que sur la question de la Jica nous avons signalé au gouvernement que pour le gap de l’année 2017, il s’élève à 585 millions. «Les mois de novembre et de décembre n’ont pas été payés jusqu’ici et on est presque à mi-mars. Pour sécuriser les salaires pour toute l’année 2018, il nous faudra 4 milliards 968 millions pour sauver les salaires des camarades de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) pour une année. De ce fait, on sera à l’abris de certains soubresauts », laisse-t-il entendre. «Nous pensons que c’est dans l’ordre du possible parce que le programme c’est 44 milliards donc c’est pas un exercice difficile pour le gouvernement », a-t-il ajouté.

BOLY DIOP: «L’OBJECTIF A ÉTÉ DÉVOYÉ DÈS LE DÉBUT DE LA RÉUNION…»

Prenant la balle au rebond, le secrétaire général du Syndicat des médecins du Sénégal (Sames) a embouché la même trompette. «En tant que syndicat responsable, on est resté pour écouter le gouvernement. Mais l’objectif a été dévoyé dès le début de la réunion parce qu’il était question de venir écouter le gouvernement etfaire des propositions de sortie de crise. Mais jusqu’à présent, on est dans le processus», s’est désolé Boly Diop pour qui les différents ministères sectoriels se sont prononcés, certes, mais le dernier mot revient à l’autorité. «Le Premier ministre étant absent, donc on ne pouvait pas avancer sur certaines questions. Des réunions techniques ont été tenues avec les ministères sectoriels donc, aujourd’hui (hier), il était du ressort du Premier ministre de venir concrétiser certains accords. C’est pour cela quand nous avons fait l’évaluation au niveau du Sames, nous avons constaté que sur les 7 questions qui étaient inscrites à l’ordre du jour, deux n’ont pas connu d’avancées significatives. C’est le statu quo toujours, mais les 5 sont dans le processus alors que nous demandons que le gouvernement matérialise les accords. On est resté 4 ans après la signature des accords à courir derrière la matérialisation. Nous pensions que notre souffrance aller être allégées, mais, on est toujours dans le processus et c’est regrettable », martèle le secrétaire général du Sames. Il n’a pas manqué de rappeler que les syndicats de la santé ne sont pas en négociations mais en commission pour que le gouvernement puisse prendre ses responsabilités en procédant à la matérialisation des engagements pris.

L’As

À voir aussi

Afrique de l’Ouest: L’OOAS souhaite renforcer les capacités des laboratoires

La cérémonie d’ouverture de l’atelier des auditeurs de la CEDEAO sur le processus graduel d’amélioration des …

And Gueusseum boycotte le Pev

L’’introduction, dans la première quinzaine du mois de novembre 2018, du vaccin contre le cancer …